InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Documentation > Témoignages > La mort du jeune Malien Denko Sissoko libère la parole des mineurs étrangers (...)

La mort du jeune Malien Denko Sissoko libère la parole des mineurs étrangers sur leurs conditions de vie

Publié le lundi 16 janvier 2017 , mis à jour le lundi 16 janvier 2017

Source : www.bondyblog.fr

Auteur : Leïla Khouiel

« Vendredi 6 janvier, Denko Sissoko, jeune Malien arrivé en France en octobre, a sauté par la fenêtre du 8e étage de son foyer à Châlons-en-Champagne (Marne). Raisons personnelles ou peur que la police vienne pour l’expulser ? Le drame met en lumière les conditions d’accueil des mineurs isolés étrangers. Reportage.

Il était arrivé en France en octobre 2016. Il a perdu la vie au pied d’un foyer d’accueil de Châlons-en-Champagne le 6 janvier 2017. Denko Sissoko, jeune Malien, s’est défenestré du 8e étage de l’établissement qui l’accueillait. Il occupait, depuis le 22 novembre, l’une des 73 chambres pour mineurs isolés mises à disposition par le Service d’Accueil des Mineurs Isolés (SAMIE) du département de la Marne et gérées par l’Association Châlonnaise des Foyers d’Accueil (ACFA).

Selon le procureur de la République, le jeune homme se serait suicidé. De leur côté, les associations laissent entendre que le réfugié aurait sauté sous la pression d’un équipage de police venu le chercher pour l’expulser parce que son statut de mineur n’aurait pas été reconnu. Après avoir fui le Mali, Denko Sissoko est passé par la Libye et l’Italie, où il était resté un an et demi, avant d’avoir assez d’argent pour venir en France. “Il ne venait pas de la jungle de Calais. Il s’était présenté spontanément au commissariat de Reims le 3 novembre dernier”, précise le procureur. Selon la préfecture de la Marne, le jeune Malien n’était pas encore connu des services préfectoraux car il n’était qu’au début de ses démarches administratives.

“S’il a sauté, c’est forcément parce qu’il a pris peur”

Cinq jours après le drame, plus de 200 personnes, camarades de Denko Sissoko, militants et anonymes, ont défilé sous la pluie et le ciel gris de Châlons-en-Champagne en hommage au jeune migrant. Ce sont les amis du foyer de Denko qui sont à l’origine de cette marche. Parmi les pancartes, on pouvait lire sur certaines “Justice pour Sissoko” ou encore “Pour un meilleur accueil des mineurs isolés”.
En tête du cortège, ses amis réclamaient justice. “Sissoko était joyeux, il aimait rire, il écoutait tout le temps de la musique africaine ! On le taquinait sur ça. Il n’avait pas l’air triste. Je n’arrive pas à croire que c’est un suicide”, avance Abdoul*, mineur ivoirien, rose blanche à la main. Mohammed, réfugié guinéen arrivé en France il y a 2 mois, remet lui aussi en cause la thèse officielle du suicide. “Il y a des bruits qui courent. On nous dit que la police vient au foyer pour nous menotter et nous expulser. Alors tout le monde craint la police”, relate-t-il. Le jeune migrant, dont le portrait de Denko est accroché au dos de son t-shirt, pense comme beaucoup de ses camarades que son ami a sauté pour échapper à la police dont il pensait qu’elle venait le chercher. “S’il a sauté, c’est forcément parce qu’il a pris peur”, appuie un autre participant de la marche. “Il ne voulait pas retourner au Mali”, relate un de ses amis.

Difficile à prouver, faute de témoin. Les versions se contredisent. Le parquet de Châlons-en-Champagne a catégoriquement réfuté l’hypothèse de la présence d’une patrouille de police au moment des faits : “Aucun élément n’a montré que des policiers seraient intervenus auprès de ce jeune” le jour du drame. “Le conseil départemental avait des doutes sur sa minorité, une procédure de vérification de ses papiers était en cours mais l’adolescent n’était concerné par aucune procédure administrative ou pénale”, affirme Isabelle Debailleul, directrice de la solidarité départementale au conseil départemental de la Marne.

Marie-Pierre Barrière, membre de l’antenne de Châlons-en-Champagne du Réseau Éducation sans Frontières (RESF), qui encadrait la marche blanche, associe la mort du jeune homme à sa peur d’être expulsé de France. Selon elle, ce geste est la conséquence des “ravages mortels d’une politique migratoire inhumaine. (…) “Ces jeunes sont mal accueillis. Ils sont maintenus dans une situation de torture psychologique qui dure parfois des mois, en attendant de connaître leur sort”. Les mineurs sont “maltraités et dénigrés par les institutions”, ajoute Catherine Tanguy du RESF.

Cohabitation forcée entre mineurs étrangers et “cas sociaux”

Le cortège prend la direction du foyer Bellevue, situé dans le quartier très populaire et sensible de la Bidée. “Un coin de Châlons qui craint, selon une retraitée de l’Éducation nationale, venue apporter son soutien à la marche. C’est un ghetto très défavorisé et loin de tout”. Planté au milieu de plusieurs barres d’immeuble, le bâtiment de 9 étages n’est pas visible immédiatement, caché par une médiathèque flambant neuf (mais déserte) et quelques grues dont le bruit sans discontinu donne le tournis. Il accueille 73 mineurs isolés étrangers (MIE) mais aussi “des cas sociaux, des personnes âgées qui ont des problèmes avec l’alcool et des toxicos”, décrit Bari, guinéen résidant au foyer depuis novembre dernier. Yamoudou*, lui, raconte que chaque nuit ou presque, son voisin, un homme d’une cinquantaine d’années, réveille tout le couloir à cause de ses hurlements et de ses coups de sang. “Il a des problèmes psychologiques, il me fait peur et je n’arrive pas à dormir”, rapporte le mineur ivoirien.

Comment expliquer qu’une cohabitation entre mineurs isolés et personnes en grande précarité soit possible ? “Il a fallu prendre en charge ces jeunes très rapidement dont le nombre ne fait que grossir contrairement à nos moyens, se défend Isabelle Debailleul au conseil départemental de la Marne. C’est mieux que de les accueillir à l’hôtel où il n’y aurait pas eu d’accompagnement éducatif et où ils auraient partagé une chambre à deux”. Au foyer Bellevue, l’accompagnement éducatif est assuré par 5 éducateurs pour 73 mineurs. Isabelle Debailleul indique que le conseil départemental accorde chaque année 3 millions d’euros aux mineurs isolés étrangers. “C’est 3 millions d’euros de dépenses en moins sur d’autres services”. Elle défend l’accueil et la prise en charge des mineurs qu’elle estime “correctes”.

Aucun membre ou élu du conseil départemental ni Benoist Apparu, maire Les Républicains de Châlons-en-Champagne, ni même la direction du foyer, n’ont participé à la marche qui s’est terminée par une minute de silence marquée par les sanglots des amis de la victime.

Aucune sécurité et pas d’accès aux soins ni à l’éducation

A Bellevue, le mode de fonctionnement s’apparente à celui d’un foyer jeunes travailleurs. Il n’y a que des garçons. Chaque jeune bénéficie de sa propre chambre de 11m² avec le minimum vital : lit, réfrigérateur, plaques de cuisson. Les douches sont collectives. Les jeunes peuvent se retrouver dans la salle commune qui dispose d’une télévision. A part cela, aucune activité n’est organisée. Aucune, jusqu’au mercredi 11 janvier, jour de la marche blanche. “Madame Picard [la directrice du foyer Bellevue, ndlr] nous a proposé une sortie à Paris. “Kebab et cinéma !” Une activité prévue comme par hasard le jour de la marche à la mémoire de Sissoko”, rit, jaune, un jeune.

Le wifi est valable jusqu’à 18h. “Les éducateurs nous coupent Internet à 18h parce que c’est l’heure à laquelle se termine leur journée”, souligne un jeune. Ils sont présents de 9 à 18 heures en semaine, et le samedi, de 10 à 18 heures. Le dimanche, il n’y a personne, et le soir non plus. Les caméras dans le hall ? “On n’est même pas sûrs qu’elles soient fonctionnelles”, souffle un locataire. Tout le monde peut entrer comme il veut, le gardien n’est jamais là et personne ne surveille”. Les jeunes se sont alors organisés entre eux. “On ne dort pas la nuit, on veille, on fait des rondes chaque nuit et on dort la journée pour passer le temps, comme il n’y a rien à faire”, relate un mineur, les traits tirés et le dos voûté.

Quand un jeune tombe malade, il n’a pas un accès direct aux soins. Certains ont des maladies mais ne sont pris en charge, expliquent les jeunes. C’est ce qu’explique Yamoudou qui est arrivé à Châlons très affaibli après son périple pour rejoindre l’Europe. “Au foyer, ils ne nous donnent pas de médicaments ou rarement, affirme le jeune, fatigué. On prend des rendez-vous chez le médecin mais parfois ils sont annulés, on ne comprend pas pourquoi. Beaucoup d’entre nous se retrouvent alors aux urgences en dernier recours.” Certains mineurs racontent n’avoir jamais rencontré de psychologue, alors qu’ils portent une histoire très dure. “La première fois que j’ai vu un psychologue au foyer, c’était mercredi 11 janvier au matin, soit cinq jours après le décès de notre ami. On a décidé entre nous de ne pas le rencontrer”. Son camarade, à ses côtés, révèle qu’aucun d’entre eux ne disposait d’un numéro d’urgence ou d’une personne à contacter en cas de problème la nuit. “Ça a changé : la chef Madame Picard nous a donné son numéro de portable le lendemain de la mort de Sissoko en nous disant de l’appeler… avant de sauter par la fenêtre !” Les jeunes éclatent de rire.
Sans scolarisation, sans formation professionnelle, sans accès aux soins, les mineurs isolés sont livrés à eux-mêmes. “Un scandale” pour Btissam Boucharaa, éducatrice spécialisée au sein de l’association de Sauvegarde de la Marne, à Reims. “La structure de l’Aide sociale à l’Enfance dans laquelle je travaille est composée de 6 éducateurs -pour une dizaine de jeunes-, de deux veilleurs, d’un psychologue et d’une maîtresse de maison, témoigne-t-elle. Elle a visité le foyer Bellevue le soir du 2 décembre après avoir eu quelques retours sur les conditions d’hébergement des jeunes. “J’ai été choquée de constater qu’ils étaient tout seuls. Le lendemain, on ne leur a même pas offert de dîner ou de cadeaux à l’occasion de Noël. (…) Il est interdit de laisser les mineurs seuls, ils ont interdiction de sortir après 19 heures”, rappelle-t-elle. Elle a interpellé l’Aide sociale à l’enfance, en vain. Selon elle, le département sous-traite un maximum à l’association afin de “dépenser un minimum d’argent pour les mineurs isolés étrangers”.

Face aux nombreuses critiques, le conseil départemental riposte : “Si on ne pouvait accueillir que des mineurs, les conditions de prise en charge seraient différentes”. Isabelle Debailleul avance que “seulement 20% des jeunes sont mineurs. Certains ont 30 ans. (…) Il y a un détournement des services de protection de l’enfance : plutôt que de produire un parcours intéressant avec un jeune, la structure est obligée d’accueillir tout le monde, les mineurs sont donc pénalisés”. Car chaque jeune est pris en charge comme s’il était mineur, tant qu’il n’a pas été prouvé qu’il n’est pas majeur. Pourtant, dans le même temps, la directrice de la solidarité départementale affirme que les jeunes sont scolarisés dans des classes spéciales uniquement après avoir été officiellement reconnus mineurs. “Maintenant, avec le décès du Malien, ils peuvent nous faire le coup du traumatisme ou faire semblant de sauter”, craint, en off, une source du conseil.

“Nous sommes comme des animaux”

L’institution départementale affirme respecter scrupuleusement le protocole et la loi en appliquant la circulaire Taubira. “Les jeunes passent par plusieurs étapes. D’abord, une évaluation où une équipe de 4 ou 5 travailleurs sociaux leur demande de raconter leurs parcours (son pays, sa scolarité, ses projets). Il s’agit d’une série de questionnements qui dure une ou deux heures en fonction du jeune. Parfois, il y a une deuxième évaluation qui vient compléter la première. S’il y a des incohérences dans le témoignage du jeune, on envoie ses papiers à la Police aux frontières pour vérification. Cela prend deux ou trois mois. Ensuite, si un doute sur leur minorité persiste, le dossier est transféré au parquet qui peut éventuellement demander un examen d’âge osseux“. Isabelle Debailleul assure qu’aucune prise de sang est demandée aux jeunes, alors que certains jeunes rencontrés au foyer racontent qu’on leur a demandé de fournir “plusieurs bouteilles de sang, sans leur donner les résultats de ces analyses”. “Si le jeune n’est pas reconnu mineur, on lui demande de sortir de notre service et on le met en relation avec le 115, poursuit-elle. On fait appel à la police pour les déloger”.

C’est ce qui est arrivé à N’fah Siaka, jeune guinéen arrivé en France en novembre. “C’était quinze jours avant la mort de Sissoko, confie le migrant. La police est venue taper à la porte de ma chambre à 6 heures du matin. La porte était verrouillée à clés. Je dormais. Personne ne m’avait prévenu. J’ai pris peur et j’ai sauté de la fenêtre de ma chambre, située au 2e étage. En pyjama et sans chaussures. Ma jambe a heurté la rambarde, je n’ai pas réussi à me relever. Un éducateur m’a conduit à l’hôpital”. Marie-Pierre Barrière confirme que N’fah a passé la nuit à l’hôpital, “il n’avait rien de cassé mais était choqué. Pourtant, le lendemain, la direction du foyer l’a viré et lui a demandé de contacter le 115”. Le jeune poursuit son récit : “On m’a demandé de libérer ma chambre car on ne reconnaissait pas ma minorité alors que je suis mineur”. Isabelle Debailleul confirme : “La police est intervenue car le jeune n’a pas été reconnu mineur. Il avait falsifié ses papiers”. Depuis, N’fah Siaka dort dans la rue. “Ces mineurs isolés sans statut sont désespérés d’attendre pendant de longues périodes les réponses de l’administration. Ils n’en peuvent plus de faire face à l’inhumanité des procédures de demande d’asile”, lâche Catherine Tanguy du Réseau Éducation sans Frontières.

Après le décès de leur ami, les jeunes ont adressé une lettre (à lire ci-dessous) à Manon Doublet, chargée de mission en charge des MIE au conseil départemental, dans laquelle ils dénoncent tous les dysfonctionnements du foyer et le traitement qu’il leur est accordé. “A notre arrivée ici, nous ne connaissions personne, nulle part. Nous avons quitté notre pays pour une vie meilleure en Europe. Nous étions prêts à réussir notre vie ici mais nous avons l’impression que tout se retourne contre nous. (…) Nous voulons dénoncer le système que vous employez avec les mineurs étrangers : vous nous gardez pendant 3, 4, 5, 6, 7, 8 mois sans rien nous dire. Nous sommes comme des animaux. (…) Madame Doublet, aujourd’hui nous nous adressons à vous avec nos demandes et nous voulons des réponses. (…) Pour nous, c’est une façon de ne pas laisser mourir Denko Sissoko pour rien”. Ils n’ont, à ce jour, reçu aucune réponse. »

Lettre des jeunes adressée au Conseil départemental :

Voir en ligne : http://www.bondyblog.fr/20170116080...


Pour aller plus loin


Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail