InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Documentation > Articles > « Donner aux départements les engagements à respecter »

« Donner aux départements les engagements à respecter »

Publié le mardi 26 février 2019 , mis à jour le mardi 26 février 2019

Source : ASH n°3099 p.17

Date : 22 février 2019

Auteure : Nathalie Auphant

Extraits :

«  Ce référentiel « Accompagner les sorties de l’aide sociale à l’enfance » a été élaboré par un groupe de travail présidé par Fouzy Mathey. Ancienne enfant placée, vice-présidente de Repairs 94, consultante en politiques publiques, elle revient sur les avancées de ce document.

Que représente ce référentiel, selon vous ?

Ce référentiel est une petite révolution dans le sens où cet outil permet de définir enfin au niveau national ce qu’est le socle minimal d’un accompagnement pérenne d’un jeune qui sort de la protection de l’enfance.

On avance ainsi pas à pas. Avant, il n’y avait rien, si ce n’est des contrats « jeune majeur » qui ne voulaient rien dire. A présent, ce référentiel donne aux départements les engagements à respecter : la stabilité du logement, l’accès aux soins, aux droits, à des revenus et la question de la préservation du lien comme préalable. On insiste sur le fait que l’accompagnement doit aller jusqu’au bout du projet du jeune, c’est-à-dire que s’il a un projet d’études qui s’arrête à 25 ans, il doit être accompagné jusqu’à la fin. On a également intégré « un droit à l’erreur » et c’est très important. (...)

Si ce référentiel est une grande avancée, il ne répond néanmoins pas à toutes vos attentes…

Ce référentiel est un début, il permet que tout le monde puisse se mettre en ordre de marche et de voir ce qu’il est possible de faire. Nous regrettons qu’il n’y ait pas un caractère obligatoire pour cet accompagnement. (...)

Pour nous, c’est insatisfaisant car les contrats « jeune majeur » diminuent et ce n’est pas avec un soutien de 2 000 € par an et par jeune que ces contrats vont augmenter. L’accompagnement, c’est un travailleur social qui va aider dans les démarches administratives (demande de CMU ou de bourse, par exemple), mais cela ne prend pas en compte le coût du logement et du quotidien.

On est face à des jeunes qui n’ont pas de famille : leur famille, c’est l’Etat. Comment l’Etat peut-il leur dire qu’il ne va pas s’occuper d’eux pendant leurs études, leurs errances aussi car à 18 ans, on ne sait pas toujours ce qu’on veut faire ? Il y a beaucoup de questions auxquelles on ne répond pas dont celle de savoir ce qu’on fait avec un jeune qui n’a pas de projet… Donc, même si le référentiel est très bien et la contractualisation est une bonne chose, cela ne peut pas s’arrêter là.

Qu’attendez-vous après l’élaboration de ce référentiel et sa mise en place ?

Concernant l’impact du référentiel et de la contractualisation avec les départements, il est difficile de se projeter tant qu’on n’aura pas évalué ce que les départements vont mettre en place. Cette évaluation est prévue mais il faut retravailler les indicateurs d’évaluation, il semble qu’Olivier Noblecourt et Adrien Taquet en sont d’accord. Par exemple, il faut préciser ce que signifie un « logement digne ».

Le référentiel constitue une première pierre qui donne le descriptif d’un accompagnement minimal. La seconde pierre serait l’adoption de la proposition de loi de Brigitte Bourguignon (1) qui rendrait obligatoire l’accompagnement des jeunes majeurs sortant de l’ASE. (...) ».

Notes
(1) La date du 25 mars est évoquée pour son examen à l’Assemblée nationale mais elle n’est pas encore actée au niveau de l’ordre du jour officiel de la séance.
 »

Voir en ligne : https://www.ash.tm.fr/hebdo/3099/fo...


Pour aller plus loin


Coordonnées

Association InfoMIE
119 rue de Lille - 75 007 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail