InfoMIE.net
Informations sur les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Débats/Propositions > Tribune de M. Jean-Paul Bichwiller, formateur en protection de l’enfance - « (...)

Tribune de M. Jean-Paul Bichwiller, formateur en protection de l’enfance - « L’ASE en souffrance »

Publié le : lundi 24 février 2020

Voir en ligne : https://www.ash.tm.fr/hebdo/3148/tr...

Source : ASH n°3148

Date : 21 février 2020

Auteur : Jean-Paul Bichwiller, formateur en protection de l’enfance

Extraits :

« Au cours des 15 dernières années, l’ASE a progressivement perdu, dans de nombreux départements, le sens de ce qui la caractérise au titre de la loi. Elle a été progressivement privée des moyens de son action. A force de vouloir en faire un service “comme les autres”, elle a été tirée vers un espace socio-éducatif insuffisant. La situation n’est pas identique selon les départements, mais la situation concerne une majorité d’entre eux. La décentralisation a incontestablement conduit à des progrès ainsi qu’à un renforcement des moyens financiers globaux. (...)

[*Disposer d’un socle technique de référence*]

Nous nous trouvons aujourd’hui face à un paradoxe inquiétant : les lois de 2007 et 2016 posent des dispositions de progrès de plus en plus exigeantes pour des services de l’ASE. Une loi n’est jamais allée aussi loin que celle de 2016 pour prévoir les obligations techniques précises dans l’accompagnement des enfants, la relation aux juges, la coordination et la concertation. Ces obligations nouvelles sont symptomatiques de la nécessité de disposer d’un socle technique de référence. Le droit est insuffisamment pris en compte pour l’organisation et le fonctionnement de nombreux services. Au-delà de formations succinctes sur la loi de 2016 des équipes, il faut s’assurer d’une véritable appropriation des textes pour expliciter et prendre en compte la philosophie du système. Le choix de l’organisation et du mode de fonctionnement doit découler de ce travail préalable.

(...)

[*Consolider la méthodologie d’action*]

(...) C’est toute la méthodologie d’action de l’ASE qu’il faut consolider au bénéfice de l’accompagnement de tous les enfants.

Parmi les préconisations, certaines déjà évoquées mériteraient une attention immédiate :

• une formation de tous les professionnels de l’ASE est indispensable dès la prise de fonction. (...) ;

• les cadres bénéficiaires d’une délégation en matière d’ASE doivent disposer de l’autorité et de la légitimité nécessaires à leur mission. L’autorité est ici comprise dans son lien à la responsabilité du cadre décideur. Un statut national pour ces cadres garantirait mieux l’efficience et la lisibilité de la fonction auprès des familles et des professionnels ;

• la fonction de référent pour l’ASE doit être clarifiée pour les travailleurs sociaux. La loi induit une évolution qui impacte fortement la mission du référent ASE dont la fonction est indispensable à la coordination des actions, à la cohérence et à la continuité des parcours des enfants. »