InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Médecins sans frontières refusera désormais l’argent européen

Médecins sans frontières refusera désormais l’argent européen

Publié le 17-06-2016

Source : Le Monde

Auteur : Maryline Baumard

« Depuis des mois, la colère des « french doctors » montait. Cette fois, la décision est prise. Le secrétaire général international de Médecins sans frontières (MSF), Jérôme Oberreit, l’annonce dans une conférence de presse organisée à Bruxelles : MSF ne veut plus recevoir d’argent européen. Par ce geste, l’ONG marque son « opposition à la politique de dissuasion menée par l’Europe. Une politique qui consiste à repousser les gens avec leurs souffrances, loin de côtes européennes », précise M. Oberreit dans un communiqué.

L’accord entre l’UE et la Turquie a joué un rôle important dans cette décision. « Ce deal a mis à mal le concept même de réfugié et a mis en danger l’idée de protection offerte par les Etats », rappelle le secrétaire général. « Trois mois après l’accord UE-Turquie, que les gouvernements européens revendiquent comme un succès, les gens qui ont besoin de protection sont les grands laissés-pour-compte », insistent les humanitaires. Cet accord a en effet eu pour conséquence de bloquer sur les îles grecques plus de 8 000 personnes, y compris des centaines de mineurs non accompagnés qui vivent dans des conditions désastreuses, dans des camps surpeuplés. « Ils craignent un retour forcé vers la Turquie, sont privés d’aide juridique, leur seul moyen de défense contre l’expulsion collective. La majorité de ces familles ont pourtant fui les conflits en Syrie, en Irak et en Afghanistan », insistent-ils encore dans un communiqué.

La dernière proposition de la Commission européenne, la semaine dernière, a encore inquiété un peu plus l’ONG. La Commission souhaite en effet répliquer l’accord conclu avec la Turquie dans plus de seize pays en Afrique et au Moyen-Orient. « Les pays qui n’endigueraient pas leur migration vers l’Europe, ou ne faciliteraient pas les retours forcés, verraient décroître leur aide au développement », s’offusque MSF, rappelant au passage que parmi ces pays on trouve la Somalie, l’Erythrée, le Soudan et l’Afghanistan, soit quatre des dix pays d’où partent les quotas les plus importants de réfugiés.

« Des gouvernements dont les politiques font souffrir les gens »

« La préoccupation principale de l’Europe n’est plus de savoir comment ces gens seront protégés, mais comment on peut les maintenir le plus loin possible de l’Europe », dénonce M. Oberreit avant d’expliquer que dans ce contexte, « MSF refuse désormais d’être financé par des institutions et des gouvernements dont les politiques font souffrir les gens » et appelle une nouvelle fois les gouvernements européens à modifier leurs priorités. « Plutôt que tenter de repousser toujours plus, ils doivent accueillir et protéger beaucoup plus. »

En 2015, MSF a reçu 19 millions d’euros des institutions européennes et 37 millions de quelques Etats européens (Autriche, Belgique, République tchèque, Allemagne, Danemark, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Espagne, Suède, Royaume-Uni). S’y ajoutent 6,8 millions octroyés par le gouvernement norvégien, dont l’ONG ne veut plus non plus pour son travail avec Frontex. L’organisation choisit donc aujourd’hui de se passer de ces 62,8 millions d’euros, un peu plus même, car les dons prévus pour 2016 étaient en augmentation. C’est ainsi que 8 % des fonds de l’ONG s’envolent puisqu’elle est financée à 92 % par des fonds privés provenant de 5,7 millions de donateurs répartis de par le monde.

MSF qui, ces dix-huit derniers mois, a pris en charge 200 000 personnes en Méditerranée, estime que cette baisse de budget n’entachera pas sa capacité d’intervention, et que ne plus travailler avec l’argent européen renforcera son indépendance. »

Voir en ligne : http://www.lemonde.fr/europe/articl...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail


Contenu inaccessible

Enregistrant une baisse continue des financements publics et privés malgré une activité en hausse incessante depuis des années, la plateforme InfoMIE suspend volontairement pendant une semaine l’accès au centre ressources.

Elle entend ainsi alerter sur sa situation les pouvoirs publics défaillants au regard de la mission de service public rendue et les quelques 60 000 visiteurs mensuels.

Depuis deux ans, InfoMIE a développé de nouvelles activités pour répondre aux demandes croissantes des acteurs, dont les pouvoirs publics, accompagnant ces enfants particulièrement vulnérables, appelés mineurs isolés étrangers ou MNA. Elle apporte une information objective, exhaustive et de qualité au nombre croissant d’acteurs confrontés à cette thématique, grâce au travail de son unique coordinatrice. Cela ne suffit plus.

Si cette situation vous préoccupe vous pouvez au choix et de manière cumulative :
Faire un don en ligne

  • Faire un don
    ou par chèque à l’ordre d’infoMIE, à envoyer à
    InfoMIE, 22 rue Corvisart, 75013 Paris
  • Relayer cette information sur les réseaux sociaux

Merci de votre soutien