InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Deux lycéennes étrangères interdites d’école dans le Gers

Deux lycéennes étrangères interdites d’école dans le Gers

Publié le 29-06-2016

Source : Politis

Auteur : Laure Hanggi

« Sommées de quitter le territoire français, deux adolescentes ne peuvent se réinscrire dans leur lycée. Syndicats, associations et parents d’élèves crient au scandale.

Leïla, 18 ans et Megi, 20 ans, sont au cœur d’un scandale. Lycéennes dans le Gers, à Mirande et à Auch, elles se sont vues refuser leur réinscription pour l’année scolaire prochaine. Leïla, élève en première L, vit actuellement chez la cousine de sa mère car son père, français, n’a pas les moyens de l’accueillir. Megi est en seconde professionnelle. Elle a fui seule son pays et n’a donc pas de famille en France.

Originaires respectivement du Burkina Faso et d’Albanie, les deux jeunes filles font l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) – depuis janvier pour Leïla, juin pour Megi - alors qu’elles ont engagé des démarches pour obtenir un titre de séjour.

Pour les nombreux soutiens des jeunes adolescentes (associations, parents d’élèves...), ce refus serait le fait de l’intervention du préfet, M. Pierre Ory, auprès de la Directrice Académique des Services de l’Éducation Nationale (Dasen).

« C’est une décision illégale. Tout élève inscrit dans un cycle scolaire doit le terminer, s’insurge Richard Moyon du RESF. Il est inadmissible que l’Éducation nationale prenne en charge la répression d’élèves sans papier ».

Dans un communiqué commun, des organisations telles que la CGT-Éduc’action, Sud Éducation, l’UNEF, la FCPE ou encore RESF rappellent que « l’école est le lieu de l’éducation, de la culture et de l’enseignement des valeurs. Elle ne doit pas devenir celui de l’exclusion, de la délation et des arrestations. »

« Le droit à l’éducation prime sur tout le reste »

Les soutiens de Leïla et Megi insistent notamment sur la circulaire du 20 mars 2002, encadrant la scolarisation des élèves de nationalité étrangère dans les premier et second degrés. Il y est ainsi précisé « qu’en l’absence de toute compétence conférée par le législateur, il n’appartient pas au ministère de l’Éducation nationale de contrôler la régularité de la situation des élèves étrangers et de leurs parents au regard des règles régissant leur entrée et leur séjour en France. »

À la Dasen, on évoque également la circulaire de 2002 pour justifier cette décision : « On ne demande pas et on ne vérifie pas la situation personnelle des élèves, ce n’est pas de notre compétence. Mais à partir du moment où on nous informe qu’il y a obligation de quitter le territoire, on ne peut pas aller à l’encontre du ministère de l’Intérieur », explique Ghylène Esnault, de la Dasen. Elle ajoute que si la situation de Leïla et Megi s’est régularisée d’ici la rentrée prochaine, elles pourront se réinscrire.

En attendant le conseil départemental de l’Éducation nationale (CEDN) de jeudi prochain (le 30 juin), où le sort des deux jeunes filles devrait être évoqué, de nombreuses actions sont prévues, notamment autour de la journée d’inscription du lycée Le Garros, à Auch. Une pétition est également en ligne, avec un compte-rendu des actions mises en place. »

Voir en ligne : http://www.politis.fr/articles/2016...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail