InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Un jeune étranger face au soupçon sur son âge

Un jeune étranger face au soupçon sur son âge

Publié le 8-07-2016

Source : La Nouvelle République

Auteur : Mathilde Leclerc

« Un jeune a-t-il voulu se rajeunir pour bénéficier de l’accompagnement offert aux mineurs étrangers isolés ? Le tribunal s’est posé la question, hier.

Sa mère, soutien du président burkinabé déchu Blaise Compaoré, a péri dans l’incendie de leur maison peu après le coup d’état. C’est là que l’oncle militaire – haut placé – du jeune Domba (1) devenu orphelin falsifie ses papiers puis le met dans un avion pour la France. Seule chance d’assurer la sécurité de son neveu. Son histoire, l’immigré arrivé en septembre 2015 à Niort la racontait, hier, devant le tribunal. Il devait se justifier de son âge, car il a assuré – acte de naissance en main – être né en 1999. Il est pris en charge par le Département en tant que mineur étranger isolé.

Documents d’état civil insatisfaisants

L’acte de naissance, « rempli de fautes », commente le juge Faucou, a fait tilt au Département. Malgré la présentation, devant le tribunal, de la photocopie d’un autre document. « On ne peut pas croire qu’un agent burkinabé fasse autant de fautes, a accusé le procureur. Certains jeunes se prévalent d’une minorité que l’on peut humainement comprendre, mais c’est une manœuvre frauduleuse. » Car le jeune homme, déclaré mineur, est logé à l’hôtel aux frais de l’Aide sociale à l’enfance. Au total, « 5.000 € » déboursés. « Ces dossiers de mineurs isolés représenteraient un préjudice de 70.000 € sur le département. C’est une somme lourde, a-t-il estimé. Aussi, les accueils de jeunes (2) vraiment mineurs s’en trouvent restreints. » Derrière la présomption de mensonge sur l’âge, les enjeux financiers et d’accompagnement sont soulignés. Pour l’avocate Sophie Montois-Clergeau : « Etre reconnu mineur est un enjeu déterminant pour ces arrivants » qui seront alors protégés par l’État.Elle a déconstruit l’argument des tests osseux, qui estiment son âge entre 18 et 19 ans. « Les radiologues disent bien qu’il y a un degré d’imprécision. » Finalement, le tribunal le condamnera à six mois de prison avec sursis pour fausse déclaration – et non falsification de document – auprès d’un organisme public. Il doit quitter le territoire pour cinq ans. »

Voir en ligne : http://www.lanouvellerepublique.fr/...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail