InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > « Jungle » de Calais. L’évacuation des mineurs isolés prévue ce (...)

« Jungle » de Calais. L’évacuation des mineurs isolés prévue ce mercredi

Publié le 2-11-2016

Source : www.ouest-france.fr

« Deux jours après le démantèlement total de la « Jungle », les mineurs encore sur place vont être à leur tour conduits loin de Calais, où devraient être examinées leurs demandes de transfert vers la Grande-Bretagne, une opération délicate qui mise notamment sur leur adhésion à ce projet. Les premiers cars doivent partir tôt dans la matinée depuis les conteneurs blancs du Centre d’accueil provisoire (CAP), où vivent quelque 1 500 mineurs isolés.

Les réfugiés mineurs isolés hébergés à Calais dans un centre d’accueil provisoire (CAP) après le démantèlement de la « jungle » seront évacués vers d’autres centres français à partir de mercredi, a-t-on appris mardi soir auprès du directeur de ce camp.

Le démantèlement de ce bidonville a pris fin lundi, avec la destruction des derniers abris, épilogue d’une opération qui a vu plus de 6 000 migrants être répartis dans des centres d’accueil et d’orientation (CAO) à travers le pays.

« Les mineurs seront emmenés en bus dans des CAO pour mineurs répartis sur le territoire français tout au long de la journée », a déclaréStéphane Duval, le directeur du CAP. « Les mineurs seront emmenés en bus dans des CAO pour mineurs répartis sur le territoire français tout au long de la journée », a déclaré Stéphane Duval, le directeur du CAP.

Deux jours après le démantèlement total de la « Jungle », les mineurs encore sur place vont être à leur tour conduits loin de Calais, où devraient être examinées leurs demandes de transfert vers la Grande-Bretagne, une opération délicate qui mise notamment sur leur adhésion à ce projet. Les premiers cars doivent partir tôt dans la matinée depuis les conteneurs blancs du Centre d’accueil provisoire (CAP), où vivent quelque 1 500 mineurs isolés.

Les réfugiés mineurs isolés hébergés à Calais dans un centre d’accueil provisoire (CAP) après le démantèlement de la « jungle » seront évacués vers d’autres centres français à partir de mercredi, a-t-on appris mardi soir auprès du directeur de ce camp.

Le démantèlement de ce bidonville a pris fin lundi, avec la destruction des derniers abris, épilogue d’une opération qui a vu plus de 6 000 migrants être répartis dans des centres d’accueil et d’orientation (CAO) à travers le pays.

« Les mineurs seront emmenés en bus dans des CAO pour mineurs répartis sur le territoire français tout au long de la journée », a déclaré Stéphane Duval, le directeur du CAP. Plus de 70 cars ont été mobilisés.

Il n’y aura « aucun départ en Grande-Bretagne pour le moment », a-t-il ajouté.

Près de 1 500 mineurs concernés

« Les départs commencent demain (mercredi, NDLR) et s’étaleront peut-être sur quelques jours », a également indiqué une source proche des opérations. « On parle bien de près de 1 500 mineurs qui partiront pour des CAO pour mineurs au sein desquels ils rencontreront des personnels du Home Office », le ministère de l’Intérieur britannique, a précisé cette source.

Les négociations entre gouvernements français et britannique sur la question des mineurs isolés ont été tendues. Londres avait appelé la semaine dernière Paris à les protéger, suscitant l’agacement des autorités françaises.

Dans le cadre de l’opération de démantèlement de la « jungle » de Calais, « la France a mis à l’abri 1 451 mineurs au sein du centre d’accueil provisoire à Calais, ou dans des centres adaptés » entre le 17 et le 28 octobre, avaient précisé les ministères de l’Intérieur et du Logement dans un communiqué commun diffusé dans la nuit de jeudi à vendredi.

Un enjeu symbolique et pratique

Restera ensuite à faire partir les 360 à 400 femmes et enfants hébergés au centre d’accueil Jules Ferry, un ancien centre aéré jouxtant l’ex-« Jungle ».

Pour les pouvoirs publics, vider rapidement le CAP relève d’un enjeu à la fois symbolique, en parachevant le démantèlement promis de ce vaste bidonville, et pratique, en supprimant un lieu vu comme un point de fixation des migrants, déjà attirés par la proximité de Calais avec les côtes britanniques.

« Il n’y aura pas de réinstallation sur la lande. Elle est évacuée. Elle sera sécurisée. Plus personne ne pourra la rejoindre », a ainsi martelé François Hollande dans La Voix du Nord mardi.

« Plus aucune demande de transfert vers le Royaume-Uni (ne) sera traitée à Calais. Le suivi des dossiers et les départs vers le Royaume-Uni se feront à partir des centres pour mineurs. (...) Tout le monde aura une place réservée » dans un bus, affirme aussi de son côté la préfecture du Pas-de-Calais dans un document diffusé mardi auprès de ces mineurs

Une rixe entre mineurs mardi

Aux alentours de 18h, « une rixe a éclaté sur la partie sud du campement de la Lande de Calais entre plus d’une centaine de migrants mineurs érythréens et afghans », a affirmé la préfecture du Pas-de-Calais. « Les forces de l’ordre sont intervenues immédiatement pour séparer ces deux groupes », a précisé cette source, ajoutant que « le dispositif de sécurité a été renforcé au sein du CAP » et qu’il sera maintenu « toute la nuit ».

Les migrants sont actuellement reconduits au sein du Centre d’accueil provisoire, selon la préfecture.

Ces heurts ont eu lieu à proximité de l’église de la zone sud de la « Jungle » , selon un correspondant de l’AFP sur place. Cette petite église, tout comme deux petites mosquées, n’ont pas encore été démolies « pour permettre aux mineurs encore présents au sein du CAP de s’y recueillir », avait affirmé la préfecture du Pas-de-Calais. »

Voir en ligne : http://www.ouest-france.fr/monde/mi...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail