InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > L’intégration des MENA dans la société belge

L’intégration des MENA dans la société belge

Publié le 29-11-2016

Source : www.bxlbondyblog.be

Auteur : Loïs Denis

« Des milliers de réfugiés tentent de rejoindre l’Europe, tous animés par une quête de sécurité et de prospérité. Parmi les hommes, les femmes et les enfants arrivés en famille, nombreux sont les Mineurs étrangers non accompagnés (MENA).

Qui sont les MENA ?

Les Mineurs étrangers non accompagnés ont des parcours différents. Plusieurs circonstances amènent les mineurs à se retrouver seul :

  • Leurs parents doivent quitter le territoire belge parce que leur procédure d’asile a été rejetée.
  • Les mineurs sont autorisés par leurs parents à voyager seul en Europe pour un avenir meilleur.
  • Le mineur est venu rejoindre un membre de sa famille établi en Belgique alors que les conditions du regroupement familial n’étaient pas remplies.
  • Le mineur voyage en groupe avec des membres de sa communauté.

La plupart du temps, ils fuient par crainte d’être persécutés à cause de la situation instable de leur pays d’origine. La majorité (environ 70%) des MENA qui arrivent en Belgique ne demandent pas asile. Ils sont interceptés par la police parce qu’ils sont en séjour irrégulier. Les autres MENA (environ 30%) se présentent spontanément auprès de l’Office des étrangers pour y introduire une demande d’asile afin d’obtenir le statut de réfugié. Ensuite, ils sont hébergés dans des centres d’accueil adaptés aux mineurs.

Cette année, entre janvier et octobre, 937 MENA ont fait une demande d’asile en Belgique. A la même période, en 2015, ils étaient 1530. Cette baisse s’explique par les contrôles renforcés à certaines frontières européennes et par l’accord UE-Turquie sur les migrants.

Plus de 80% des MENA en Belgique sont des garçons. Les centres n’étant pas mixtes, la plupart sont réservés aux hommes. La majorité des mineurs provient d’Afghanistan, de Guinée et de Syrie. Ils bénéficient des mêmes droits et obligations que n’importe quel mineur en Belgique. La « loi accueil » garantit aux demandeurs d’asile, mineurs et majeurs, de vivre dans de bonnes conditions. Chloé Michelet, directrice adjointe du centre d’accueil de la Croix-Rouge d’Uccle, explique : « cette loi stipule les obligations qu’a l’Etat belge dans le cadre de la demande d’asile. Les personnes ont droit à cinq ressources : l’hébergement, la nourriture, le suivi médical, le suivi social et la scolarité pour les mineurs ou les formations pour les majeurs ».

Starter Pack

À leur arrivée dans un centre d’accueil, les MENA reçoivent une manne avec des produits de première nécessité, comme tout demandeur d’asile. Christian, collaborateur polyvalent au centre d’accueil de la Croix-Rouge d’Uccle, prépare leur arrivée.

Considération et autonomie

Selon David Brasseur, collaborateur social au centre d’accueil de la Croix-Rouge d’Uccle, « il faut faire preuve de considération envers les MENA. Beaucoup d’entre eux arrivent et se sentent déconsidérés dans leur parcours d’asile. Ils ont l’impression d’être relayés en seconde zone. Ici on leur fait comprendre qu’ils ont de l’importance ».

Le centre d’accueil a plusieurs rôles. Le premier concerne l’aspect matériel et les besoins primaires. Un autre est celui d’informer les MENA sur leurs droits et leurs obligations. Enfin, le centre veille à leur protection, leur bien-être et leur autonomisation. « Ils vont bientôt devoir faire leurs premiers pas dans la société, confie Chloé Michelet. Ils doivent apprendre les règles, les respecter, respecter les autres. Ça passe énormément par la scolarité. C’est là qu’ils vont apprendre la langue, rencontrer les citoyens, connaitre les normes. »

Et lorsqu’ils deviennent majeurs ?

Si la demande d’asile n’est pas encore terminée, les MENA passent dans un centre d’accueil pour majeurs. Si leur demande connait une issue favorable, ils iront dans une Initiative locale d’accueil (ILA). Cette action est principalement gérée par les CPAS et vise à rendre progressivement les demandeurs d’asile autonomes. Un logement, le plus souvent individuel, leur est fourni et ils ont l’occasion de suivre une formation, de participer à la vie sociale. C’est une transition entre la vie en centre et la vie seul. »

Voir en ligne : http://www.bxlbondyblog.be/lintegra...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail