InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Le Royaume-Uni recale un grand nombre des mineurs isolés de Calais

Le Royaume-Uni recale un grand nombre des mineurs isolés de Calais

Publié le 13-12-2016

Source : www.konbini.com

Auteur : Théo Mercadier

« En durcissant les conditions d’accès à son territoire, le gouvernement britannique a fermé ses portes à près de 1 500 réfugiés mineurs livrés à eux-mêmes.

“Si le pont avait été fermé aussi rapidement […] ma vie n’aurait pas été sauvée“, se souvient avec émotion Alf Dubs, lord travailliste de 84 ans, rescapé des déportations de la Seconde Guerre mondiale. Soixante-dix ans plus tard, un pont s’est fermé entre la France et le Royaume-Uni : le ministre de l’Immigration, Robert Goodwill, a annoncé la fin de la procédure d’accueil des mineurs présents dans la “jungle” de Calais, dont les conditions d’accueil avaient été radicalement durcies à la mi-novembre. Les profils de ces mineurs doivent aujourd’hui répondre à une multitude de critères restrictifs (selon l’âge, le pays d’origine ou le risque d’être soumis à une exposition sexuelle, notamment) qui bien souvent les empêche de rejoindre leur famille outre-Manche.

Résultat, sur les 2 200 enfants et adolescents concernés par le programme d’accueil au Royaume-Uni, seuls les dossiers de 750 d’entre eux ont effectivement été acceptés. “Les jeunes restants sont en sécurité aux bons soins des autorités françaises”, a ajouté le ministre britannique, visiblement peu au courant du calvaire vécu par ces jeunes sur notre territoire. Comme le rapporte Le Monde, ils sont nombreux à fuir les centres d’accueil et d’orientation pour mineurs (Caomi) dans lesquels ils ont été répartis lors du démantèlement de la “jungle”.

Peut-on leur en vouloir ? Sans aucun lien avec la région d’accueil, dans le noir total quant à leurs chances de rejoindre leur famille au Royaume-Uni, à des milliers de kilomètre de leur pays en guerre, ces enfants sont perdus. Leur seul espoir de salut ? Traverser la Manche. “En refermant à nouveau la porte, le Home Office ne laisse d’autre choix à des centaines d’entre eux que de retourner dans le Nord de la France pour y risquer leur vie [en tentant à nouveau la traversée, ndlr]”, s’alarme Janet Darley, porte-parole de l’organisation Citizens UK dans les colonnes du Monde.

Livrés à eux-mêmes

Le gouvernement britannique s’était pourtant engagé à accueillir “tous les mineurs isolés présents à Calais dont les attaches familiales en Grande-Bretagne sont établies” et à “étudier également les dossiers de mineurs non accompagnés qui n’ont pas de liens familiaux mais dont l’intérêt supérieur serait de rejoindre ce pays”. On est aujourd’hui bien loin de cette promesse initiale.

Lord Alf Dubs s’est donc empressé de déposer un amendement afin d’assouplir les conditions d’accueil : “Cette volte-face du gouvernement de Theresa May est en contradiction avec la convention de Genève“, explique-t-il à Libération. De fait, beaucoup de ces mineurs ont aujourd’hui complètement disparu des écrans radars et son exposés au trafic d’humains et aux réseaux de prostitution. Une situation alarmante à laquelle le gouvernement britannique tourne aujourd’hui le dos. »

Coordonnées

Association InfoMIE
119 rue de Lille - 75 007 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail