InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Londres a accueilli 468 jeunes migrants de Calais, selon Paris

Londres a accueilli 468 jeunes migrants de Calais, selon Paris

Publié le 13-12-2016

Source : www.lorientlejour.com

Auteur : AFP

« Plus de 460 mineurs ont été transférés en Grande-Bretagne depuis le démantèlement du campement de migrants de Calais, dans le nord de la France, selon les autorités françaises. Londres toutefois semble freiner les nouvelles arrivées, selon des associations.

Au total, 866 jeunes migrants ayant pour la plupart des attaches familiales au Royaume-Uni ont pu traverser la Manche depuis le début de l’année, "dont 468 depuis le démantèlement" du bidonville dit de la "Jungle", fin octobre, a-t-on appris mardi auprès du ministère français de l’Intérieur. D’autres devraient suivre, assure-t-on, et l’Irlande compte elle aussi accueillir quelque 200 mineurs de la "Jungle".

Mais des inquiétudes sont apparues ces derniers jours, après des articles dans la presse britannique évoquant une possible fermeture des portes du Royaume-Uni. Le défenseur des Droits en France, Jacques Toubon, s’est ainsi "inquiété" mardi d’un "éventuel échec" de la négociation avec Londres, qui "laisserait sans solution un grand nombre de mineurs évacués de Calais".

C’est une "rumeur" infondée, assure le gouvernement français, pour lequel "la coopération se déroule bien" et "tout à fait normalement". "La première phase des transferts est terminée mais ce n’est pas la fin du processus", a aussi affirmé mardi à l’AFP une porte-parole du Home Office, le ministère britannique de l’Intérieur, sans donner de chiffres plus précis. "D’autres enfants seront transférés depuis l’Europe dans les mois à venir", a-t-elle ajouté — mais cela comprend les mineurs arrivant de Grèce et d’Italie.
Selon le secrétaire d’Etat à l’Immigration Robert Goodwill "plus de 750 enfants" sont "déjà arrivés" sur le sol britannique.

Du côté des associations, le doute demeure. "D’après ce que nous comprenons, les transferts se sont arrêtés à 750", a affirmé à l’AFP une porte-parole de l’association britannique Safe Passage. Et même si le gouvernement assure qu’ils se poursuivent, c’est "un enfant à la fois", a-t-elle déploré.

Un peu plus de 1.900 jeunes avaient été pris en charge après le démantèlement de la "Jungle" de Calais et relogés dans des centres d’accueil en France, dans l’attente de l’examen de leur demande de transfert par les autorités britanniques.

Londres s’était engagé à accueillir tous les mineurs isolés ayant de la famille en Grande-Bretagne et à "étudier" les dossiers de ceux "dont l’intérêt supérieur serait de rejoindre ce pays". Mais le gouvernement britannique avait resserré ses critères mi-novembre : il fallait avoir 12 ans maximum, ou être exposé à un risque élevé d’exploitation sexuelle, ou bien avoir 15 ans ou moins pour les Syriens ou les Soudanais...

Directeur général de l’association France terre d’asile, Pierre Henry "regrette la décision" des Britanniques. "Ils n’ont pas fait leur part du travail" et "il faut continuer à maintenir la pression sur Londres". »

Voir en ligne : http://www.lorientlejour.com/articl...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail


Contenu inaccessible

Enregistrant une baisse continue des financements publics et privés malgré une activité en hausse incessante depuis des années, la plateforme InfoMIE suspend volontairement pendant une semaine l’accès au centre ressources.

Elle entend ainsi alerter sur sa situation les pouvoirs publics défaillants au regard de la mission de service public rendue et les quelques 60 000 visiteurs mensuels.

Depuis deux ans, InfoMIE a développé de nouvelles activités pour répondre aux demandes croissantes des acteurs, dont les pouvoirs publics, accompagnant ces enfants particulièrement vulnérables, appelés mineurs isolés étrangers ou MNA. Elle apporte une information objective, exhaustive et de qualité au nombre croissant d’acteurs confrontés à cette thématique, grâce au travail de son unique coordinatrice. Cela ne suffit plus.

Si cette situation vous préoccupe vous pouvez au choix et de manière cumulative :
Faire un don en ligne

  • Faire un don
    ou par chèque à l’ordre d’infoMIE, à envoyer à
    InfoMIE, 22 rue Corvisart, 75013 Paris
  • Relayer cette information sur les réseaux sociaux

Merci de votre soutien