InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Royaume-Uni : Un lord au secours des enfants de Calais

Royaume-Uni : Un lord au secours des enfants de Calais

Publié le 26-12-2016

Source : www.tdg.ch

Auteur  : Tristan de Bourbon

« Né à Prague d’un père juif, Alf Dubs fut sauvé en 1939 par un riche activiste britannique. Il veut en faire autant pour les réfugiés mineurs.

Au Royaume-Uni, les enfants réfugiés ont un lord pour champion : le baron Dubs de Battersea, infatigable défenseur des mineurs sans attaches familiales qui campent à Calais dans l’espoir de traverser la Manche. C’est à son acharnement qu’ils doivent l’adoption de l’amendement 87b à la loi britannique sur l’immigration. Voté par la Chambre des communes le 9 mai dernier, ce texte contraint en effet le gouvernement à prendre en charge ces enfants. Une victoire personnelle, même si le combat du lord n’est de loin pas terminé.

Dix mille enfants évacués

Alf Dubs, 84 ans, assure que « la situation humanitaire parlait d’elle-même ». Mais il admet que son « passé a mis le gouvernement dans l’embarras. Il pouvait moins s’opposer à ma demande qu’à celle d’un autre de mes collègues. » Et pour cause. Il fait partie des 10 000 enfants principalement juifs ayant échappé à une mort quasi certaine suite à leur transfert en 1938 et 1939 de Tchécoslovaquie, d’Autriche et d’Allemagne vers le Royaume-Uni.

« Le trajet était très long et très stressant, surtout que je ne connaissais personne », se remémore le Praguois, évacué par sa mère quatre mois après l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne nazie, le 15 mars 1939. Parti à minuit de Prague, son train arrive vingt-quatre heures plus tard aux Pays-Bas. Les enfants rejoignent ensuite les côtes britanniques en ferry, avant de prendre un train pour Londres. « J’étais chanceux : mon père, qui avait fui Prague quelques semaines avant moi, m’attendait là. Mais la plupart de mes compagnons de voyage n’avaient personne pour les accueillir. Ils ont été placés dans des familles d’accueil. »

Septante-sept ans plus tard, Alf Dubs veut permettre aux jeunes réfugiés de Calais de bénéficier eux aussi « de l’éducation, de l’amour et de l’attention qu’une famille peut offrir ». Même si son père est décédé d’une crise cardiaque peu après l’arrivée de sa mère en Angleterre en septembre 1939, celle-ci lui a permis de suivre des études, grâce à son travail acharné, entamé comme laveuse. « Je me suis intéressé à la politique à 13 ou 14 ans. Je me suis dit que si elle était remplie d’hommes mauvais, des personnes voulant améliorer la vie des autres y avaient aussi leur place. »

Il démarre sa carrière politique en 1971, en tant que conseiller municipal du Parti travailliste dans le centre de Londres, puis il devient député en 1979. Il suit déjà de près les questions liées à l’immigration et aux réfugiés. « A l’époque, l’arrivée de milliers de Vietnamiens et de Bosniaques ne provoquait pas autant de polémique que celle de centaines d’enfants aujourd’hui. Le seuil d’acceptation de l’opinion publique était encore largement intact. Il n’a été dépassé qu’avec l’arrivée imprévue d’un million de Polonais après 2004. »

Manque d’humanité

Aujourd’hui, malgré son amendement, les arrivées sur le sol britannique des mineurs de Calais se sont interrompues. S’il estime que 800 d’entre eux ont été accueillis au Royaume-Uni, le lord critique vertement les nouveaux critères d’éligibilité « inadmissibles » mis en place par Londres. Seuls les enfants de moins de 13 ans (ou à risque d’exploitation sexuelle) peuvent être accueillis sans condition. Au-delà, seuls les Syriens et les Soudanais de moins de 16 ans sont acceptés. Un manque flagrant d’humanité en ces temps sombres, s’indigne ce lord bien peu ordinaire. »

Voir en ligne : http://www.tdg.ch/monde/europe/lord...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail