InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Les conditions d’accueil du foyer Bellevue dénoncées

Les conditions d’accueil du foyer Bellevue dénoncées

Publié le 12-01-2017

Source : www.lhebdoduvendredi.com

Auteur : Sonia Legendre

« Ce mercredi 11 janvier, à l’initiative du Réseau éducation sans frontière (RESF) de Châlons, une marche silencieuse était organisée en souvenir de Denko, décédé quelques jours plus tôt au foyer Bellevue. Environ 200 citoyens y ont participé. Des amis de Denko, mais également des éducateurs sociaux, des militants associatifs, etc. Aux quatre coins du cortège, la tristesse et l’indignation se sont exprimées à travers les banderoles et autres échanges à bâtons rompus. « Trop vieux pour l’ASE, trop jeune pour mourir. Il fallait bien que ça arrive... Il voulait étudier et réussir sa vie ici. »

Le Défenseur des droits informé de la situation

Btisame Bouchaara est éducatrice spécialisée au sein de l’association La Sauvegarde et travaille sur Reims. Elle envisage de rédiger un article 40 pour dénoncer les conditions d’accueil du foyer Bellevue, et en a d’ores et déjà informé le délégué du Défenseur des droits, Claude Hénon. Information relayée par ce dernier à Benoît Normand, le bras droit de Jacques Toubon. « Jusqu’ici, les mineurs isolés étaient accueillis dans différents foyers marnais et bénéficiaient du même cadre éducatif que tous les autres jeunes, rappelle l’éducatrice. Depuis qu’on a créé ce Service d’accueil des mineurs isolés étrangers (Samie) en 2015, on les concentre à Bellevue et on les laisse se débrouiller. A la base, il devait contenir 40 logements, mais on l’a adapté pour qu’il puisse héberger jusqu’à 80 jeunes. »

Aucune surveillance après 18 h

Concrètement, le Conseil départemental de la Marne finance et confie la gestion des lieux à La Sauvegarde, via une délégation de service public. « En moyenne, on compte deux éducateurs et deux veilleurs pour 15 jeunes. A Châlons, ils ne sont que quatre éducateurs pour 73 mineurs. Pire, après 18 h en semaine ainsi que tout le week-end, plus personne n’assure leur encadrement. Ces gamins sont complètement livrés à eux-mêmes ! »

S’il s’agit d’abord d’une question de bon sens, on se demande aussi comment, légalement, des mineurs placés sous la responsabilité d’une collectivité peuvent être ainsi délaissés. « Sur le plan pénal, à ma connaissance, il n’y a pas d’obligation d’encadrement permanent pour un accueil de jour, estime le procureur. Nous sommes dans le même cas de figure que pour des mineurs éduqués par leurs parents. Dès lors que la sécurité est assurée, avec possibilité d’appeler un référent si besoin, il ne peut pas y avoir de poursuite pour délaissement de mineurs. On est aussi face à de grands ados, qui ont au moins 15 ans en général. Les plus jeunes sont hébergés ailleurs. »

Un manque de moyens humains et financiers

Le président du Département, René-Paul Savary, est formel : l’accompagnement des jeunes est « tout à fait adapté. Ils sont encadrés, et quelqu’un peut venir sur place si besoin. » Un gardien, plus précisément, embauché par le bailleur à qui appartient l’immeuble. Mais qui n’est ni formé pour gérer les mineurs, ni habilité à le faire légalement. « Il fait partie de notre accompagnement. Et nos travailleurs sociaux font un travail remarquable. Ces jeunes seraient encore mieux accompagnés si l’Etat prenait ses responsabilités. On les confie aux Départements sans dégager les moyens nécessaires pour assurer le financement de leur accueil. »

Le préfet de la Marne n’a pas souhaité s’exprimer sur ce sujet. Mais dans les faits, et même si leur diminution n’est un secret pour personne, les dotations de l’Etat sont versées aux collectivités via une enveloppe globale. Charge ensuite aux élus locaux de définir, en fonction de leurs volontés politiques, la façon dont ils répartissent cet argent entre les compétences qui leur incombent. »

Voir en ligne : http://www.lhebdoduvendredi.com/art...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail