InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Affaire Denko Sissoko à Châlons : les parents du jeune migrant réclament (...)

Affaire Denko Sissoko à Châlons : les parents du jeune migrant réclament justice

Publié le 31-03-2017

Source : www.francebleu.fr

Auteur : Par Sophie Constanzer

« Les parents de Denko Sissoko, ce jeune malien retrouvé mort le 6 janvier dernier à Châlons-en-champagne, ont déposé une plainte contre X auprès du parquet. Ils veulent que toute la lumière soit faite sur le drame qui avait suscité une vive émotion.

Plus de deux mois après la mort de Denko Sissoko à Châlons-en-champagne, les parents du jeune migrant malien portent plainte contre X pour homicide involontaire, mise en danger de la vie d’autrui et non assistance à personne en danger. Denko Sissoko avait été retrouvé mort le 6 janvier dernier devant le foyer Bellevue à Châlons où il était hébergé, après avoir chuté du 8 ème étage. Les parents de Denko Sissoko ne croient pas au suicide de leur fils, l’aîné d’une fratrie, âgé de 16 ans, parti du Mali à leur insu et arrivé dans la Marne en novembre dernier. "Ils n’y croient pas et surtout ils veulent connaître la vérité, ou tenter de la connaître... ils sont animés d’aucun esprit de vengeance", précise Maître Emmanuel Daoud leur avocat.

« Oui il y a eu un défaut de protection, oui il a été exposé à un danger — Maître Daoud, l’avocat des parents de Denko Sissoko »

L’avocat des parents de Denko Sissoko pointe du doigt les insuffisances du Service d’accompagnement des mineurs isolés étrangers (SAMIE) et notamment le manque de sécurité dans le foyer Bellevue à Châlons. Mais aussi l’accompagnement des jeunes mineurs isolés : l’absence de personnel suffisant dans le foyer -4 éducateurs en journée pour 73 jeunes-, et l’absence de prise en charge psychologique. "Quand on voit les conditions d’accueil et d’hébergement dans ce centre, est-ce que l’on peut imaginer que nous laisserions nos propres enfants dans ce type de centre ?! avec des adultes alcoolisés, des adultes qui souffrent pour certains d’entre eux de troubles psychologiques... avec un défaut d’encadrement...", souligne Maître Emmanuel Daoud, l’avocat des parents de Denko Sissoko qui vivent au Mali.

Maître Emmanuel Daoud qui poursuit : "oui il y a eu un défaut de protection, oui il a été exposé à un danger, mais comme d’autres, et peut-être comme d’autres encore aujourd’hui...". L’acte de naissance de Denko Sissoko indique qu’il est né le 2 mars 2000 dans la province de Didanko au Mali, mais l’âge du jeune migrant était contesté et une "procédure d’évaluation de la minorité" en cours. Selon des témoignages recueillis par l’avocat des parents de Denko Sissoko, le jeune malien a appris un jour avant sa mort, le 5 janvier, que sa minorité n’était pas reconnue. Et nombre de jeunes au centre ont dénoncé le climat de peur qui règne dans le foyer en attendant la décision couperet.

Le drame avait suscité une vive émotion en janvier dernier

Les mauvaises conditions d’accueil des mineurs isolés étrangers, c’est précisément ce que dénonçait une éducatrice et déléguée du personnel de l’association La Sauvegarde qui gère le foyer : une éducatrice mise à pied à titre conservatoire depuis le 30 janvier dernier. Depuis deux mois, cette mère de famille ne touche plus de salaire et elle attend l’avis de l’inspection du travail sur son licenciement. Procédure classique quand il s’agit d’un salarié protégé. A noter également que le défenseur des droits a été saisi dés le mois de janvier et une enquête a été confiée au pôle de défense des droits de l’enfant pour tenter de savoir s’il y a eu ou non des dysfonctionnements dans la prise en charge du jeune malien. »

Voir en ligne : https://www.francebleu.fr/infos/soc...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail