InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Grèce : un rapport pointe l’exploitation sexuelle d’enfants réfugiés

Grèce : un rapport pointe l’exploitation sexuelle d’enfants réfugiés

Publié le 24-04-2017

Source : www.rfi.fr

Auteur : Charlotte Stiévenard

« Un rapport de l’université d’Harvard publié cette semaine estime que « les enfants migrants en Grèce restent extrêmement vulnérables à l’exploitation sexuelle ». Dans des villes comme Athènes ou Thessalonique, il y aurait donc des cas de prostitution infantile.

Dans la capitale grecque, c’est un phénomène qui se déroule aux vues de tous. Dans un des grands parcs de la ville connu pour sa population de toxicomanes, on peut voir de jeunes Afghans attendre sur des bancs. Selon le rapport, il s’agirait surtout d’adolescents prêts à tout pour quitter les conditions difficiles dans lesquelles ils vivent en Grèce, quitte à vendre leur corps.

Le rapport estime qu’ils vendraient leur service à environ 15 euros à des hommes de plus de 35 ans. Ces jeunes de différentes nationalités seraient recrutés par le biais d’amis du même âge déjà victimes ou d’adultes qui leurs proposeraient donc une façon rapide d’obtenir assez d’argent pour payer un passeur.

Les conditions d’accueil pointées du doigt

Il s’agit pourtant de mineurs qui sont sous la responsabilité de l’État grec. Le rapport reconnaît les efforts réalisés par le gouvernement avec notamment la fourniture de 1 200 places d’accueil par l’EKKA, le centre national de solidarité, une agence gouvernementale. Mais même dans ces structures plus protégées, les mineurs de plus de 15 ans peuvent sortir seuls.

Et il y a 1 100 autres enfants qui sont, soit dans des structures fermées et réservées aux mineurs, soit qui attendent dans des commissariats ou sont logés dans des camps ouverts. Là encore, ils sont particulièrement vulnérables. En dehors de la prostitution, le rapport pointe aussi les risques d’agression sexuelle. Cela concerne aussi les enfants accompagnés de leurs familles. Ils seraient 19 000 en Grèce.

Parmi les facteurs de risque, il y aurait notamment les conditions d’accueil. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a certes mis à disposition plus de 20 000 places dans des appartements, des communautés ou des hôtels pour les cas les plus vulnérables. Mais il y a de nombreuses familles qui vivent encore dans d’énormes camps, mélangées avec d’autres types de population.

Des cellules familiales désintégrées

Les témoins cités dans le rapport expliquent qu’il y a effectivement des cas d’agressions sexuelles. Ils sont difficiles à quantifier, car les victimes osent rarement s’exprimer. Le deuxième facteur de risque c’est la désintégration de la cellule familiale. Les parents tentent de protéger leurs enfants, mais alors qu’ils ont déjà beaucoup de mal à gérer leur situation, ils n’arrivent pas toujours à assurer leur sécurité. Selon le rapport, les auteurs seraient des hommes, parfois membres de petits groupes criminels qui sévissent au sein des camps.

Le rapport estime qu’un effort est fait de la part du gouvernement pour créer plus de structures d’accueil plus petites et plus adaptées à assurer la protection des enfants. Mais il estime que le problème est largement sous-estimé par les autorités et qu’il faudrait également créer un mécanisme pour soutenir les victimes. Il met en cause la lenteur des procédures. Dans le cas de mineurs non accompagnés qui rapportent une agression au sein d’un camp, ils devraient attendre trop longtemps en présence de leur agresseur avant d’être transférés ailleurs ce qui rend les dénonciations difficiles. Enfin, le rapport souligne tout de même qu’il y a de grandes disparités selon les lieux d’accueil et les camps. »

Voir en ligne : http://www.rfi.fr/europe/20170421-g...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail