InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Paris : Les mineurs marocains du square Alain-Bashung toujours livrés à (...)

Paris : Les mineurs marocains du square Alain-Bashung toujours livrés à eux-mêmes

Publié le 3-08-2017

Source : www.20minutes.fr

Auteur : Julie Bossart

« « Mairie, associations et riverains sont toujours aussi désemparés face à la présence de mineurs marocains isolés dans le 18e arrondissement. Parmi eux se trouvent désormais des jeunes filles…

« Leur état de santé est inquiétant, leurs actes de violence sont plus nombreux et des jeunes filles sont désormais présentes. » Dans une lettre adressée aux habitants le 27 juillet, la mairie du 18e arrondissement fait savoir que ceux que l’on a appelés les gamins perdus de la Goutte d’Or, ces mineurs marocains isolés, balbutiant le français, accros à la colle et auteurs de menus larcins, ont fait leur réapparition square Alain-Bashung, mais aussi dans le 10e et le 19e.

Pourtant, depuis que leur situation a été exposée au grand jour il y a quatre mois, les mesures prises pour appréhender au mieux ce « phénomène inédit » à Paris et d’une « gravité exceptionnelle » avaient « porté leurs fruits », avance la mairie.

Grâce à la mobilisation des autorités compétentes (les associations Hors la Rue et Trajectoires entre autres, la police et la section des mineurs du parquet de Paris, les services sociaux et sanitaires), ces gamins avaient disparu de l’espace public. Les plus jeunes (certains avaient moins de 10 ans) avaient pu être pris en charge dans des structures dédiées. Le sort des plus âgés (15-17 ans tout au plus) était, lui, plus incertain.

Des départs « volontaires »

« Après consultation des autorités consulaires marocaines, il s’avère que leur départ est volontaire », atteste-t-on en mairie. « Ce qui veut dire que le Maroc s’en contrefiche et est bien content de voir le problème déménager ailleurs », lit entre les lignes un riverain qui souhaite garder l’anonymat.

« Ce ne sont pas des orphelins », assure de son côté Driss El Kherchi. Depuis quelques semaines, le président de l’Association des Travailleurs maghrébins de France (ATMF) voit défiler dans son local qui se situe à deux pas du square le même groupe d’une douzaine de jeunes Marocains. Pour manger un bout, se changer, parfois dormir, mais, surtout, pour recharger leur portable et utiliser Internet.

« Quand ils appellent leur famille, ils leur mentent en disant que tout va bien, qu’ils ont un toit et qu’ils ne font pas de bêtises, confie Driss El Kherchi. Ils sont originaires du nord du Maroc, Tétouan, Tanger, Al Hoceïma, et disent qu’ils sont partis parce qu’ils veulent avoir un travail. » Tous, également, ont transité par l’Espagne, certains cachés dans des camions de marchandise. Leur nombre est difficile à évaluer, concède le président d’association : « On les entend parfois discuter avec des camarades qui sont déjà au Danemark ou avec d’autres qui sont restés au pays et à qui ils disent de venir. » D’aprèsl’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), contactée par Le Monde, ils étaient une centaine il y a quelques mois à Paris. Une estimation impossible à confirmer. Comme il est impossible d’obtenir le nombre de plaintes déposées à leur encontre pour vols à l’arraché ou violences.

« La colle, ça les rend complètement dingues »

Dans le quartier, comme il y a quatre mois, les riverains sont tout autant attristés qu’inquiets. De les voir dormir dans des Autolib’, de se battre entre eux, de se droguer. Depuis son appartement, au 6e étage d’un immeuble donnant sur le square, Marc* observe des jeunes le visage enfoui dans un sac. « La colle, ça les rend complètement dingues. La nuit, ils crient à la mort, c’est flippant. » Psychiatre à l’hôpital Marmottan (Paris, 17e), Marc Valleur indique que « ceux qui se droguent par inhalation sont à la recherche d’une ivresse rapide et de l’inconscient. Entre les deux s’installe une phase hallucinatoire au cours de laquelle ils peuvent devenir violents. »

Parce qu’il a déjà été agressé, Marc a demandé à sa femme de changer d’itinéraire. Et il n’hésite plus à appeler la police pour qu’elle vienne les déloger.

L’ombre de la prostitution

Les déloger, oui, recueillir leur identité, oui, mais pas les interpeller s’ils n’ont pas commis d’infraction. Il y a peu, Driss El Kherchi a été acteur et témoin d’une situation ubuesque. « On avait réussi à convaincre neuf jeunes d’aller dans un foyer. Six ont été refusés parce que, lorsqu’ils avaient été acceptés une première fois, ils avaient volé d’autres résidents. Les trois autres n’ont pas voulu rester seuls, alors ils sont tous repartis je ne sais où. » Mettre à l’abri des jeunes au détriment d’autres bénéficiaires, un sacré défi pour les autorités compétentes. « La situation est vraiment compliquée, il faut nous aider », glisse en off une conseillère d’arrondissement.

Dans sa lettre aux habitants, la mairie fait savoir que les maraudes des associations sont désormais quotidiennes, qu’un centre de jour doit ouvrir ses portes, qu’un autre lieu pour la nuit est recherché et qu’un dispositif d’éloignement des jeunes filles récemment repérées a été mis en place, en lien avec le parquet. La crainte : qu’elles tombent dans la prostitution. Comme ce serait le cas pour certains garçons du groupe, explique Driss El Kherchi, auquel ont déjà été rapportées des conversations sur le sujet entre des jeunes. « Quand il y a de la drogue, le sexe n’est jamais loin m’a expliqué un policier », déplore Marc.

Enfin, la mairie a décidé de ne pas fermer le square. Cela contrarie-t-il Jean-Raphaël Bourge, membre d’Action Barbès, association tournée vers l’amélioration du cadre de vie ? « De toute façon, ce square, plus personne ne veut y aller, et puis, le fermer ne ferait que déplacer le problème. » »

* Le prénom a été changé »

Voir en ligne : http://www.20minutes.fr/paris/21118...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail