InfoMIE.net
Informations sur les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Saint-Quentin : la déshérence des mineurs migrants

Saint-Quentin : la déshérence des mineurs migrants

Publié le 17-12-2018

Source : Courrier Picard

Auteur : Vincent Guille

Extraits :

«  (...) Saint-Quentin n’échappe pas à la règle : plus de 100 mineurs migrants y sont actuellement accueillis, en provenance majoritairement de Guinée, du Mali, du Cameroun et de Côte d’Ivoire.

Pourquoi ont-ils quitté leurs familles ? Comment sont-ils arrivés jusqu’à Saint-Quentin ? Difficile à savoir. Ils ne sont pas très loquaces, en général. Et pour cause, souvent l’épée de Damoclès du passeur auquel ils doivent de l’argent, avant même de pouvoir en gagner, pèse sur leur tête.

Hébergés soit dans des hôtels ou en appartements

En France, ce sont les Départements, et plus particulièrement les services d’aide sociale à l’enfance (ASE) qui sont en charge de leur accueil, de leur protection, et de leur intégration sur le territoire national, conformément à la convention internationale des droits de l’enfant.

Pour le département de l’Aisne, le directeur de l’enfance et de la famille, Vincent Podevin-Bauduin, assure que « le Département y met les moyens. Nous les hébergeons soit en hôtel pour les situations d’urgence, et préférentiellement dans des dispositifs dédiés, en appartements ou en résidences avec la présence d’éducateurs. Nous ne laissons aucun jeune à la rue. »

Des tests pour évaluer leur âge réel

Mais avant de proposer ce dispositif, tout l’enjeu va être d’évaluer leur minorité… réelle. « Bon nombre de migrants ne disposent pas de papiers d’identité (...), explique Vincent Podevin-Bauduin. Nous leur faisons donc passer des tests durant plusieurs jours, avec des psychologues et des éducateurs, pour essayer d’estimer leur âge réel. »

Sur le terrain, ce sont ensuite des associations de soutien qui prennent souvent le relais pour le quotidien : les cours de français, le sport, l’aide administrative, un point écoute et aussi de l’aide au transport. Des bénévoles plus que motivés qui viennent en soutien des services du Département.

À Saint-Quentin, des associations comme la Ligue des droits de l’homme, les Guides soleil, Et si eux c’était nous, œuvrent par exemple en ce sens.

De nombreux jeunes sur le carreau

Pourtant, malgré un dispositif rodé, et de nombreuses bonnes volontés, l’accompagnement de ces mineurs migrants semble en laisser de nombreux sur le carreau. (...)

Vincent Podevin-Bauduin avoue lui aussi quelques faiblesses dans le dispositif. « Il manque souvent de place dans les établissements scolaires pour accueillir ces jeunes. La scolarité est une compétence de l’État, et nous n’avons pas de prise dessus. Notre mission s’arrête une fois que nous avons fait passer les tests à ces jeunes. »

Malgré cela, le Département poursuit ses efforts, un appel à projets a été lancé pour la création de 140 places dans les dispositifs dédiés pour l’ensemble du département, de quoi réduire fortement le recours à un hébergement en hôtel qui est loin d’être la panacée. « En dispositif dédié, les jeunes ont un éducateur pour 8, explique Vincent Podevin-Bauduin. En hôtel, c’est un éducateur pour 25 jeunes. » »

Voir en ligne : http://www.courrier-picard.fr/15574...

Coordonnées

Association InfoMIE
119 rue de Lille - 75 007 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail