InfoMIE.net
Informations sur les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Les associations lyonnaises continuent leur combat contre les tests (...)

Les associations lyonnaises continuent leur combat contre les tests osseux

Publié le 20-03-2019

Source : Lyon Capitale

Auteur : Eloi THIBOUD

Extraits :

«  Les associations lyonnaises d’aide aux mineurs étrangers alertent sur le manque de fiabilité des test osseux. Ces tests sont censés donner une moyenne d’âge. Une question prioritaire de constitutionnalité sera tranchée jeudi 21 mars.

(...)

Des collectifs d’aides aux jeunes

D’autres font partie des collectifs RESF69 (Réseau Education Sans Frontière) et AMIE (Accueil des Mineurs Isolés et Etrangers) qui se donnent pour mission d’aider les jeunes migrants à accéder à leurs droits comme la scolarisation ou l’hébergement. (...) “On veut qu’ils soient au moins considérés comme des mineurs présumés" souligne Claude, un ancien formateur dans l’animation.

La question prioritaire de constitutionnalité

Le test osseux se fonde sur des calculs de moyennes pris par radiographie sur la main, la clavicule et les dents. Ce jeudi 21 mars une « Question Prioritaire de Constitutionnalité » (QPC) sera tranché au terme de l’examen du Conseil Constitutionnel. Les Sages devront regarder la conformité de ces tests avec la constitution dans le cas d’un jeune guinéen vivant dans l’Ain, qui avait été débouté par la cour d’appel de Lyon. La Cour de cassation a accepté de transmettre la question prioritaire de constitutionnalité au Conseil constitutionnel. Notamment sur la conformité de l’article du Code civil, qui définit le cadre d’application de ces tests osseux, avec les alinéas 10 et 11 du Préambule de 1946 et avec le principe constitutionnel de dignité humaine.

Des résultats contestés

“On prend des décisions sur des résultats approximatifs. La communauté scientifique elle-même dit que ces tests ne sont pas scientifiques et la Cour d’appel ne les reconnaît pas comme fiables“ clame Michèle François, la présidente du collectif Jeunes RESF69. De fait l’Académie française de médecine, le Défenseur des droits, le Haut Conseil de la santé publique ou encore le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies rejettent cette méthode à cause de son manque de précision. (...) »

Voir en ligne : https://www.lyoncapitale.fr/actuali...

Coordonnées

Association InfoMIE
119 rue de Lille - 75 007 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail