InfoMIE.net
Informations sur les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Jean-Marc Droguet directeur de l’OCRTEH (office central pour la répression de (...)

Jean-Marc Droguet directeur de l’OCRTEH (office central pour la répression de la traite des êtres humains) « Si on obtient la condamnation de ces sites, ils renaissent de leurs cendres »

Publié le 29-11-2019

Source : ASH n°3136

Auteur : N. G.

Extraits :

«  Jean-Marc Droguet, commissaire divisionnaire et patron de l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH), revient sur les différents impacts des nouvelles technologies sur la prostitution, notamment sur celle des mineurs.

En France, le « proxénétisme des cités », qui touche en majorité des jeunes filles mineures, s’est aussi développé grâce aux nouvelles applications Internet. Comme le note l’étude de l’observatoire des violences faites aux femmes de Seine-Saint-Denis, publiée le 12 novembre, les réseaux sociaux (Snapchat, Instagram, Facebook, Tik Tok) représentent 50 % des lieux d’approche des clients de prostitution. « La moitié des victimes identifiées en 2018 en proxénétisme franco-français dit “de cité” était des mineurs. Il y a urgence avant que ce phénomène ne s’amplifie », alerte Jean-Marc Droguet, commissaire divisionnaire et directeur de l’OCRTEH. Les prostituées sont recrutées sur Internet, les rendez-vous pris via WhatsApp ou par SMS et les passes se déroulent dans des appartements Airbnb ou des chambres d’hôtel. En 2018, la justice a été saisie de plus de 120 affaires de ce type, contre une vingtaine en 2015. Plus de la moitié des jeunes filles concernées étaient mineures, tout comme 15 % des proxénètes. « Ce phénomène est particulièrement inquiétant en France et il est unique en Europe, il n’y a pas de proxénétisme émergent infranational dans les autres pays européens. Une des raisons de ce développement est l’importance des profits générés », explique le commissaire divisionnaire.

[*Des sites difficiles à mettre en cause*]

(...) L’utilisation des nouvelles technologies est également présente dans le cas de l’exploitation à travers les sites faisant état de la publicité et de l’offre prostitutionnelle. Selon Jean-Marc Droguet : « Personne n’est dupe, des sites tels que Vivastreet offrent de la prostitution, et dans le lot il y a potentiellement des victimes mineures. Le souci est que ces annonceurs se cachent derrière des annonces qui ne sont pas explicites. Le parquet de Paris qui a été saisi de la plainte contre le site Vivastreet reconnaît qu’il est alors difficile de mettre en cause ces sites Internet. »

Si la loi est plus explicite, en cas de suspicion, il sera possible de les poursuivre. Mais ces procédures sont relativement longues car ces sites sont basés à l’étranger, il faut obtenir préalablement un certain nombre d’informations. Si on obtient la condamnation de ces sites, ils renaissent de leurs cendres.

[*« Le système abolitionniste fonctionne »*]

(...) « Internet et les nouvelles technologies sont également utilisées pour le blanchiment de fonds avec le transfert de compte à compte. Aujourd’hui, le dispositif législatif en France donne toutes les latitudes et il est adapté. Le système abolitionniste fonctionne. Le problème reste celui des moyens face à la multiplication, l’évolution des réseaux par l’utilisation des nouvelles technologies, sa complexité qui accroît le temps d’investigation. Pour être efficace, il faut pouvoir agir sur tous les pans de cette activité criminelle », conclut Jean-Marc Droguet.  »

Voir en ligne : https://www.ash.tm.fr/hebdo/3136/le...

Coordonnées

Association InfoMIE
119 rue de Lille - 75 007 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail