InfoMIE.net
Informations sur les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Sur les îles grecques, seuls 1% des migrants mineurs vont à l’école

Sur les îles grecques, seuls 1% des migrants mineurs vont à l’école

Publié le 17-12-2019

Source : InfoMigrants

Auteur : La Rédaction

Extraits :

«  Seuls 1% des 12 000 enfants demandeurs d’asile vivant dans les camps insalubres des îles grecques "vont à l’école", selon une estimation de l’agence onusienne du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR). La grande majorité de ces mineurs, privés d’éducation, passent leurs journées dans "des conditions horribles".

Sur les îles grecques, où s’entassent environ 37 000 migrants et réfugiés dans des conditions sordides, seuls 1% des 12 000 migrants mineurs sont scolarisés. Ce pourcentage alarmant est une estimation faite par le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) qui dénonce une situation catastrophique aux conséquences potentiellement graves pour les plus jeunes.

“Cette population est déjà très vulnérable”, explique Boris Cheshirkov, porte-parole du HCR-Grèce, interrogé par InfoMigrants. “La majorité de ces gens-là, ce sont des familles ayant fui des pays déchirés par la guerre, ils ont vécu des tragédies et, à leur arrivée en Grèce, ils se retrouvent dans des conditions totalement inadaptées. Les enfants, eux, n’ont aucune échappatoire : au lieu de passer leur journée dans des salles de classe, ils restent là, dans des conditions horribles.”

(...)

[*“Des enfants se sont arrêtés de parler"*]

(...) Pour pallier le manque de scolarisation, le HCR, l’Unicef et d’autres ONG organisent des cours, “de langues, de musique, de mathématiques”, précise Boris Cheshirkov. “Mais cela ne peut pas remplacer une scolarisation officielle.”

Les conséquences de cette déscolarisation sur le bien-être des plus jeunes sont en tout cas réelles. “Nous voyons que des enfants développent des troubles psychologiques comme de l’anxiété sévère, explique encore le porte-parole. D’autres se sont arrêtés de parler. Pire, il est arrivé que des mineurs tentent de se faire du mal.” Depuis début 2019, une dizaine de mineurs, dont certains âgés de moins de 10 ans, ont tenté de mettre fin à leurs jours dans les camps des îles grecques.

Pour les ONG impliquées dans la zone, une solution : que les migrants soient évacués et transférés au plus vite sur la partie continentale du pays, où la majeure partie des mineurs migrants sont déjà scolarisés dans des écoles publiques. (...)  »

Voir en ligne : https://www.infomigrants.net/fr/pos...

Coordonnées

Association InfoMIE
119 rue de Lille - 75 007 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail