InfoMIE.net
Informations sur les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > « Combien de jeunes mis à la porte en plein confinement, car ils ont la (...)

« Combien de jeunes mis à la porte en plein confinement, car ils ont la malchance d’avoir eu 18 ans ? »

Publié le 23-04-2020

Source : Bastamag

Auteurs : Réseau éducation sans frontières (RESF) Vaucluse et MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) Vaucluse

Extraits :

« Le jour de ses 18 ans, en plein confinement, Mohammed-Lamine est jeté à la rue par l’Aide sociale à l’enfance d’Avignon, sous prétexte qu’il n’est plus mineur. Une décision de justice a invalidé cette expulsion, mais l’histoire de ce jeune mineur isolé illustre ce qui arrive à un bon nombre d’adolescents. Voici la tribune de deux associations, le Réseau éducation sans frontières et le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, du Vaucluse.

Le 4 avril, nous avons vu sur les réseaux sociaux le témoignage de Mohammed-Lamine. Le jour de ses 18 ans, ce jeune homme a été brutalement jeté à la rue par l’Aide sociale à l’enfance (ASE) de l’hôtel dans lequel il était pris en charge, à Avignon. En pleine période de confinement cette pratique est encore plus scandaleuse et nous la dénonçons avec force. D’autres jeunes vont-ils être mis à la porte du jour au lendemain, en plein confinement, car ils ont la malchance d’avoir eu 18 ans ? Grâce a une décision de justice rendue le 6 avril, il a été repris en charge par l’ASE après 4 nuit passées en centre d’hébergement et de réinsertion sociale. Nous espérons que cette décision protégera d’autres jeunes que l’ASE s’apprêtait à mettre à la porte.

« L’histoire de ce jeune homme est tristement représentative de ce qui arrive à un bon nombre d’adolescents »

Mohammed-Lamine avait été placé à l’ASE du Vaucluse après un très long parcours, après des refus par plusieurs départements et une remise en cause de sa minorité à cause de son apparence physique. Ayant obtenu des documents d’identité guinéens authentiques avec l’aide de réseaux militants, il s’est présenté devant le juge des enfants qui a ordonné un placement à l’ASE le 24 février 2020. Malgré l’obligation d’exécution immédiate du jugement, l’ASE n’a accueilli Mohammed que le 9 mars et l’a logé dans un hôtel avec d’autres mineurs isolés étrangers. Mis à l’abri certes, mais sans aucun suivi, sans aucune visite d’un référent pendant toute la durée de son accueil sauf le dernier jour pour lui signifier son départ. Il n’a donc pu bénéficier de mesures éducatives bien qu’il suive un cursus scolaire pour l’obtention d’un CAP en maçonnerie, avec assiduité et des bons résultats. L’ASE n’a pas non plus fait de demande de titre de séjour auprès de la préfecture comme elle est censée le faire pour les jeunes au moment du passage à la majorité.

L’histoire de ce jeune homme est tristement représentative de ce qui arrive à un bon nombre d’adolescents pris en charge par l’ASE peu avant leur majorité et pour lequel un contrat jeune majeur a été refusé. Du jour au lendemain, ils sont abandonnés sans solution. Ils doivent faire appel aux réseaux solidaires quand ils les connaissent ou être logés, en appelant le 115, dans des hébergements d’urgence peu adaptés à leur situation d’élèves ou d’apprentis. S’ils n’ont pas la chance d’avoir été repérés par des réseaux militants ou s’ils ne sont pas assez débrouillards pour trouver une solution par eux-mêmes, ils se retrouvent tout bonnement à la rue.

Se retrouver, le soir de ses 18 ans, dans un hébergement collectif, confiné dans une chambre avec deux adultes inconnus

Tandis que la France est arrêtée et que celles et ceux qui ne travaillent pas doivent éviter les contacts avec l’extérieur, le département de Vaucluse, par le biais de l’Aide sociale à l’enfance, met un jeune à la porte avec pour seul viatique le numéro d’urgence, le 115. Il se retrouve, le soir de ses 18 ans, dans un hébergement collectif, confiné dans une chambre avec deux adultes inconnus. Pourquoi faire courir un risque de contamination à ce jeune ? Pourquoi charger un peu plus les services d’hébergement d’urgence dont le travail est déjà bien compliqué en cette période de pandémie et de confinement ?

(...) »

Voir en ligne : https://www.bastamag.net/mineur-iso...

Coordonnées

Association InfoMIE
119 rue de Lille - 75 007 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail