Rapport " A (h)auteur d’enfants " de la mission "La parole aux enfants"

Date : 05/01/2022
Remis par Monsieur Gautier ARNAUD-MELCHIORRE à Monsieur Adrien TAQUET Secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles auprès du Ministre des Solidarités et de la Santé


Extrait :

"Qu’elle soit administrative ou judiciaire, la décision de protection s’appuie sur des éléments qui conduisent à considérer que l’enfant est en danger ou en risque de danger. Ces situations diverses induisent des souffrances, visibles et invisibles.

La diversité de ces situations s’incarne dans les témoignages des enfants lorsqu’ils ont accepté de partager leur histoire. De nombreux enfants rencontrés évoquent avoir été confrontés à des situations de danger : Le décès brutal d’un parent qui génère une situation d’alcoolisme chez l’autre parent ; L’incarcération d’un parent ; Des décès accidentels ; L’échec d’un projet d’adoption ; Des situations de précarité ; Des maltraitances. Il transparaît à travers leurs témoignages que de nombreux autres drames intrafamiliaux peuvent les atteindre, à des degrés divers, plus ou moins précocement, plus ou moins durablement.

Ces situations illustrent que nul n’est à l’abri de ces drames qui peuvent conduire à des mesures de protection de l’enfance. En cela, cette politique publique mérite que la société s’y intéresse plus largement, et pas seulement à l’occasion de faits dramatiques.

Une évocation particulière aurait pu être consacrée aux mineurs non accompagnés qui, outre des drames familiaux que la plupart ont vécus, souvent confrontés à la mort, à de graves violences et négligences, s’ajoute le parcours de l’exil. Ils évoquent pourtant avec délicatesse et pudeur leur histoire. Une jeune majeure a pu évoquer « tu ne vois plus les traces sur mon corps aujourd’hui de la violence que j’ai subie dans mon pays car j’ai été soignée, mais lorsque je suis arrivée j’étais marquée de partout ». Leurs besoins spécifiques qui en découlent ne sont pourtant pas suffisamment pris en compte dans le cadre de leur protection. Cependant, le choix a été fait de ne pas réserver une partie propre à ces enfants, considérant qu’ils ne doivent être traités à part. Leurs attentes seront évoquées parmi celles des autres enfants protégés."

Voir en ligne  : www.solidarites-sante.gouv.fr

Rapport de la mission "la parole aux enfants"
Retour en haut de page