Compte rendu des maraudes du Collectif des exilés du Xème arrondissement de Paris

Ces documents regroupent les observations faites pas le Collectif de soutien des exilés du 10ème arrondissement lors des maraudes quasi quotidiennes faites auprès des exilés.

Extrait des maraudes de janvier et février 2012 :

Les mineurs dans le froid

En janvier et en février 2012, nous avons rencontrés 223 nouveaux mineurs afghans.

En janvier, ils étaient 50 mineurs de toutes nationalités en moyenne le soir place du Colonel Fabien (Paris 10) ; 16 mineurs ont dû coucher dehors en moyenne durant ces premiers mois. En février, avec l’ouverture d’un gymnase le 23 janvier dans le cadre du "plan grand froid", sur les 64 présents en moyenne chaque soir seulement 7 ont dormi dehors. Durant ces deux mois cependant, quatorze soirs ce nombre a dépassé 20.

...

Pour consulter le compte rendu cliquer ici ou consulter le document ci-dessous :

Maraudes janvier-février 2012

Extrait des maraudes de mars et avril 2012 :

Des mineurs de plus en plus maltraités

En mars ils étaient en moyenne 24 chaque jour à devoir dormir dehors et 17 en avril. Durant ces deux mois plusieurs fois ce nombre a dépassé 30 et a même été au-delà de 50 début mars. La seule réponse de la Mairie de Paris a été, après la fermeture du Gymnase où étaient hébergés 25 mineurs, début avril, d’envoyer une équipe de la sécurité…au cas où il y aurait des tensions ! Pour éviter les tensions certains intervenants de FTDA pratiquent une politique de quotas ethniques : on essaie alors de prendre un peu d’afghans, un peu de bangladeshis, un peu de maghrébins… et un peu d’africains (l’Afrique Subsaharienne dans ces conditions devient un immense pays !).

Pour consulter le compte rendu cliquer ici ou consulter le document ci-dessous :

Maraudes mars-avril 2012

Extrait des maraudes de mai 2012 :

Des mineurs toujours maltraités

En mai ils étaient en moyenne 19 chaque jour à devoir dormir dehors.

Durant ce mois les 45 places d’hôtel ouvertes pour la période hivernale ont été progressivement fermées, les jeunes logés étant pour une large partie remis à la rue car le temps d’attente pour une prise en charge en foyer ou hôtel par la PAOMIE (Plateforme d’Accueil et d’Orientation des Mineurs Isolés Etrangers de FTDA) augmente : fin mai il y avait plus de 100 jeunes en attente.

Le nombre de mineurs se rendant à Colonel Fabien (puis dans les bureaux de la PAOMIE) le soir, dépassait la soixantaine un soir sur quatre.

Ceci a provoqué des tensions et pour être tranquilles certains intervenants de FTDA ont abandonné les critères utilisés jusqu’ici, jeunesse, fragilité, danger, isolement, pour des critères ethniques. On parle alors du groupe des “afghans”, de celui des “africains”, de celui des “maghrébins”, de celui des “pakistanais et bangladeshis”, et le tri intègre une notion de quota en fonction du nombre de mineurs présents appartenant à ces différents groupes. La définition de ces groupes et ces quotas posent un sérieux problème éthique et renforce l’aspect “tri au faciès”.

Pour consulter le compte rendu cliquer ici ou consulter le document ci-dessous :

Maurades mai 2012
Retour en haut de page