Lettre ouverte du collectif #EcolePourTous à l’attention de Monsieur le Ministre de l’éducation nationale Jean-Michel BLANQUER : « Pour un accès inconditionnel à l’école de la République »

Source : Libération

Date : 3 septembre 2019

Auteur : Collectif #EcolePourTous

Lettre :

«  Monsieur le Ministre,

Hier, comme chaque année, des millions d’enfants et de jeunes ont fait leur rentrée scolaire. Vous avez vu leurs visages : leurs rires quand ils retrouvaient leurs amis, et surtout la confiance en l’avenir que leur inspirait le regard bienveillant des enseignants.

Mais hier, nous étions encore 100 000 enfants et jeunes dont ni vous ni personne n’a vu les visages à l’entrée des écoles de France. Nous étions encore cette année les 100 000 oubliés de la rentrée des classes.

Vous connaissez certains d’entre nous, vous avez certainement vu nos visages dans la lettre parlée que nous vous avons adressée en novembre dernier. Nous, enfants vivant en bidonvilles, squats ou hôtels sociaux, nous, jeunes mineurs isolés étrangers, nous, enfants du « Voyage », vous alertions sur le fait que dans le pays de Victor Hugo et de Jules Ferry, la porte de l’école reste fermée devant nous.

Nous avons créé le Collectif #EcolePourTous pour alerter la République sur les obstacles que nous rencontrons dans l’accès à l’école en France : les demandes illégales et interminables de justificatifs pour l’inscription en mairie, les expulsions d’habitat à répétition, la contestation arbitraire de notre minorité, la fin de la prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance qui brise nos rêves à 18 ans ou encore le racisme des adultes et des enfants dans et autour de l’école…

En mars dernier nous avons rencontré des membres de votre cabinet pour leur présenter six mesures qui contribueraient largement à réparer le chemin brisé de notre accès à l’école : simplifier les démarches d’inscription, reconnaître et systématiser le métier de médiateur scolaire, instaurer la « trêve scolaire » pour qu’aucun enfant ou jeune scolarisé ne soit expulsé de son habitat de septembre à juillet, rendre obligatoire le contrat jeune majeur pour les bénéficiaires de l’Aide sociale à l’enfance, accorder la présomption de minorité aux mineurs non accompagnés qui demandent la protection de l’enfance, et enfin adapter les plans de lutte contre le racisme à nos réalités.

Depuis, grâce à votre appui et au soutien de plusieurs députés, nous avons franchi une première étape : notre première demande (la simplification des démarches d’inscription) a été adoptée dans la loi « pour une école de la confiance » et la création d’une mission d’information est à l’étude à l’Assemblée nationale.

Mais si nous voulons que cette rentrée scolaire soit la dernière qui se fasse sans nous, et qu’aucun, aucune jeune fille ou garçon de France ne soit exclu de la promesse républicaine à la rentrée prochaine, il est urgent que vous avanciez dès maintenant avec nous sur nos cinq autres propositions.

Aujourd’hui, nous alertons et remettons également nos recommandations dans les mains de Mme Geneviève Avenard, la Défenseure des enfants.

Mais en vertu de l’autorité qui est la vôtre, Monsieur le Ministre, l’accomplissement de la promesse d’un accès inconditionnel à l’école de la République pour tous les enfants dépend de votre décision. »

Retour en haut de page