InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Documentation > Guides > Manifeste « Enfants victimes de la violence et de la guerre : quel accueil (...)

Manifeste « Enfants victimes de la violence et de la guerre : quel accueil en France ? » – Centre Primo Levi

Juin 2014

Publié le lundi 21 juillet 2014 , mis à jour le mardi 25 novembre 2014

PRESENTATION :

Le Centre Primo Levi a très tôt ouvert un espace dédié au suivi des enfants et adolescents. Submergé par les demandes de prises en charge, il tire aujourd’hui la sonnette d’alarme pour alerter l’opinion publique et les politiques sur ces enfants oubliés. Pour aider à comprendre ce sujet complexe et méconnu, ce Manifeste donne la parole aux psychanalystes et psychologues qui suivent ces enfants au Centre Primo Levi et au sein d’autres structures spécialisées.
Fort de son expérience et de sa pratique, ce sont aussi des solutions et des recommandations que le Centre Primo Levi a souhaité rassembler et partager au sein de ce Manifeste. Face aux souffrances de ces enfants, à leur parcours chaotique sur notre sol, à leurs conditions de vie souvent très dures, il est de la responsabilité de tous de se mobiliser.

SOMMAIRE :

  • Introduction
  • Violences et exil : quels effets sur les enfants ?
  • Quel cadre juridique ?
  • Quel accueil ?
  • Parvenir à une prise en charge adaptée
  • Nos recommandations

SUR LES MINEURS ISOLES ETRANGERS : Extraits

Violence et exile : quels effets sur les enfants ?
  • Interview CLAIRE MESTRE, psychothérapeute, fondatrice à Bordeaux de l’association transculturelle Mana, soins psychothérapeutiques et prévention auprès des populations migrantes (page 7)
    • Sous quelles conditions les enfants victimes de la violence et de la guerre peuvent s’adresser à vous ?
      CLAIRE MESTRE > Nous ne prenons en charge que les mineurs isolés étrangers, qui
      sont en moyenne âgés de 17 ans. . Les autres enfants arrivent dans nos consultations par le biais des consultations mère-bébé et dans le cadre de prises en charge familiales. Les mineurs isolés étrangers nous sont envoyés par les Maisons d’enfants à caractère social (MECS), les familles par les Centres d’accueil de demandeurs d’asile (Cada). [...]
    • Quelles réponses apportez-vous à ces patients ?
      C.M. > Nous proposons à ces patients des consultations psychothérapeutiques
      selon une méthodologie ethno-psychiatrique, en présence d’un interprète, bien
      sûr. [...]
  • Interview : BERTRAND GUÉRY, psychothérapeute et directeur d’Osiris, à Marseille, association de soutien thérapeutique aux victimes de torture et de répression politique (page 8)
    • Sous quelles conditions les enfants victimes de la violence et de la guerre peuvent-ils s’adresser à Osiris ?
      BERTRAND GUÉRY > Nous les recevons dans le cadre d’une demande de prise en charge familiale mais aussi pour un accompagnement individuel ou de groupe, en particulier pour les mineurs isolés étrangers. [...]
Parvenir à une prise en charge adaptée :
.
  • La prise en charge pluridisciplinaire (en articulant le soin avec l’intervention, selon les cas, des travailleurs sociaux et des juristes autour de l’enfant et sa famille) est alors indispensable. Elle est particulièrement importante également dans le cas des mineurs isolés étrangers, plongés dans un manque total de repères, accablés par une profonde tristesse, et pressés de prendre des décisions d’adultes. [...]

Document disponible en PDF :

Manifeste « Enfants victimes de la violence et de la guerre : quel accueil en France ? » – Centre Primo Levi

Voir en ligne : http://www.primolevi.org/manifeste



Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail


Contenu inaccessible

Enregistrant une baisse continue des financements publics et privés malgré une activité en hausse incessante depuis des années, la plateforme InfoMIE suspend volontairement pendant une semaine l’accès au centre ressources.

Elle entend ainsi alerter sur sa situation les pouvoirs publics défaillants au regard de la mission de service public rendue et les quelques 60 000 visiteurs mensuels.

Depuis deux ans, InfoMIE a développé de nouvelles activités pour répondre aux demandes croissantes des acteurs, dont les pouvoirs publics, accompagnant ces enfants particulièrement vulnérables, appelés mineurs isolés étrangers ou MNA. Elle apporte une information objective, exhaustive et de qualité au nombre croissant d’acteurs confrontés à cette thématique, grâce au travail de son unique coordinatrice. Cela ne suffit plus.

Si cette situation vous préoccupe vous pouvez au choix et de manière cumulative :
Faire un don en ligne

  • Faire un don
    ou par chèque à l’ordre d’infoMIE, à envoyer à
    InfoMIE, 22 rue Corvisart, 75013 Paris
  • Relayer cette information sur les réseaux sociaux

Merci de votre soutien