InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Accueil de migrants : tout sauf " la Jungle "

Accueil de migrants : tout sauf " la Jungle "

Publié le 19-09-2016

Source : La Nouvelle République

Auteur : Jean Rouziès

« Plusieurs communes du département accueillent des migrants en provenance de Calais. Une organisation structurée selon leurs statuts.

Un an que le département organise l’accueil de migrants. Des familles en provenance de Calais ou de Grande-Synthe, après avoir fui des zones de guerre, Irak, Syrie, Soudan, Libye, Erythrée, Afghanistan…. Pour répondre à l’opération qui vient d’être lancée par le gouvernement, visant à prendre en charge d’autres personnes installées dans la « Jungle » de Calais, le département pourrait proposer des places supplémentaires. Aucune information n’a encore filtré, le préfet de Région s’exprimera sur ce sujet le 22 septembre.

Accueil temporaire

Localement, l’organisation de l’accueil dépend du statut des migrants. Sous régime de demandeurs d’asile (enregistrés en France ou dans un autre pays de l’Union européenne), originaires du monde entier, ils sont hébergés dans les centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA), comme à Niort (114 places) et à Thouars (40 places). Ils peuvent provenir du Nord/ Pas-de-Calais, après avoir séjourné dans des centres d’accueils et d’orientation (CAO). A ce jour, seules les communes de La Mothe-Saint-Héray et de Saint-Léger-de-la-Martinière accueillent ce type de structure, avec l’appui de collectifs d’associations. La première dans les locaux d’une ancienne maison de retraite de l’Armée du Salut, une quinzaine de personnes à ce jour, une vingtaine au 1er octobre.
La seconde héberge une vingtaine de personnes dans cinq logements propriété de la commune de Melle, l’ancienne caserne de pompiers. Cette dernière est actuellement en recherche d’autres logements. Un accueil limité à quelques mois, le temps de traiter leur situation administrative. L’ensemble des frais, notamment les intervenants sociaux, est pris en charge par l’Etat. Par ailleurs, le préfet n’a pas donné suite à un hébergement à l’AFPA de Niort, possibilité un temps évoquée, le maire ayant manifesté son opposition. Plusieurs dizaines de migrants ont déjà transité par ces deux CAO avant d’être admis en CADA, comme à Angoulême, une fois accomplie la procédure de demandeur d’asile.
La Mothe-Saint-Héray pourrait accueillir d’autres personnes dans l’ancienne gendarmerie, libre depuis peu. Peut-être des réfugiés appartenant à des minorités religieuses de Syrie ou Liban, ayant obtenu leur statut sur place. Appelés aussi des « réinstallés », l’organisation de leur accueil au plan national a été confiée à Jean-Jacques Brot, l’ancien préfet des Deux-Sèvres. Ce dernier a ainsi permis l’installation de plusieurs familles dans les Deux-Sèvres, deux à Azay-le-Brûlé, une à Echiré et bientôt une autre à Saint-Maxire.

Reste une autre catégorie, les mineurs étrangers isolés. Plusieurs dizaines actuellement, souvent des ressortissants africains, placés sous la responsabilité du procureur de la République et pris en charge par l’aide sociale à l’enfance (Département). Certains ont pu faire l’objet de reconduite à la frontière, s’agissant… de majeurs. »

Voir en ligne : http://www.lanouvellerepublique.fr/...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail