InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Migrants : le Secours catholique interpelle les candidats à la (...)

Migrants : le Secours catholique interpelle les candidats à la présidentielle

Publié le 19-02-2017

Source : www.la-croix.com

Auteur : Christine Legrand

« La présidente du Secours catholique dénonce « l’entrave » des pouvoirs publics à ses actions humanitaires d’urgence, alors que de nombreux migrants mineurs sont « en danger »

La situation se tend de plus en plus entre les pouvoirs publics et les associations d’aide aux migrants, qui accusent les autorités de les empêcher d’assurer l’aide d’urgence.

Véronique Fayet, présidente du Secours catholique a lancé le 16 février un appel aux candidats à l’élection présidentielle sur la situation des mineurs de Calais et l’« entrave » des pouvoirs publics aux actions humanitaires de l’association, dans un message diffusé sur le site de l’association et dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours.

« Ces jeunes sont en danger »

« Hier (le 15 février NDLR) à Calais, une de nos salariées, une journaliste et 7 jeunes mineurs migrants ont été arrêtés par la police à l’entrée de nos locaux du Secours catholique. Ces jeunes venaient juste prendre une douche. Nous avons en effet installé des douches dans nos locaux pour répondre aux besoins sanitaires urgents de ces mineurs.

C’est la mission de notre association de venir en aide aux plus démunis, quelle que soit leur situation. Et aujourd’hui (le 16 février NDLR), à Calais, nous estimons que ces jeunes sont en danger, qu’ils ne sont plus protégés. Il y a quelques jours, c’est la mairie qui a fait déposer une benne à ordures devant nos locaux pour bloquer l’entrée et empêcher l’installation de ce service de douches (…)

Nous posons donc la question à tous les candidats à l’élection présidentielle. Trouvez-vous normal que l’action humanitaire des associations mais aussi des citoyens soit entravée par les pouvoirs publics ? Que comptez-vous faire pour protéger l’exercice de la solidarité et le devoir de protection des mineurs dans notre pays ? »

Une « situation humanitaire catastrophique »

Depuis le démantèlement de la « jungle » de Calais, fin octobre, de nombreux migrants tentent en effet de revenir sur le site. « Nous ne savons pas exactement combien ils sont, car désormais ils se cachent et ne viennent plus à notre rencontre lorsque nous organisons des maraudes. Mais nous estimons leur nombre à 300 ou 400, dont de nombreux enfants » avait précisé Didier Degremont, président du Secours catholique du Pas-de-Calais, dans un entretien accordé à La Croix le 9 février.

Le responsable expliquait pourquoi le Secours catholique avait décidé de maintenir son aide d’urgence. « Entre 30 à 40 personnes poussent chaque jour la porte de notre accueil de jour. Nous constatons que leur état de santé et d’hygiène est déplorable. Ils ont faim et nous leur fournissons donc des repas. Ils sont aussi très sales et en souffrent beaucoup. Ils n’ont souvent pas pris de douche depuis des semaines. Pouvoir se laver est une de leurs premières demandes. Nous avons donc décidé d’installer provisoirement quelques douches dans notre local, afin de rendre un semblant de dignité à ces personnes. »

Alors que les autorités ne veulent surtout pas que de « nouveaux points de fixation » des migrants à Calais se reconstituent, elles auraient choisi de réagir, avait-il dénoncé, par « l’agressivité ». « Je ne vois pas en quoi ces douches sont une menace pour la tranquillité de la ville », avait-il ajouté, précisant qu’il s’agissait d’« une situation d’urgence face à une situation humanitaire catastrophique. »

Des bénévoles poursuivis par la justice

Cette affaire fait suite à une série d’alertes lancées depuis plusieurs semaines par le Secours catholique sur la situation des migrants, notamment les mineurs, à Calais, mais aussi dans la Vallée de la Roya, « où beaucoup de mineurs, âgés de 15, 16 ou 17 ans » sont « en danger, gravement en danger », s’étaient déjà indignés Véronique Fayet et Bernard Thibaud son secrétaire général, dans un communiqué, posté sur le site de l’association le 8 février.

« Face à ces jeunes en danger, des réactions d’humanité se développent. (... ) Que font les pouvoirs publics pour encourager cette solidarité ? Non seulement ils ne font rien, mais ils se mobilisent au contraire pour la dissuader ! », dénonce ce communiqué, précisant qu’un responsable du Secours catholique avait été convoqué par la police et que des bénévoles et citoyens sont poursuivis par la justice.

« Ces pratiques sont-elles la traduction de consignes et de choix du gouvernement en période électorale ? Nous ne pouvons et ne voulons pas le croire », soulignaient les deux responsables, qui en appelaient au premier ministre « à rétablir l’État de droit, dont la première mission est la protection de toute personne présente sur le territoire, en particulier des mineurs ».

D’autres associations « entravées »

À l’instar du Secours catholique, plusieurs associations d’aide aux migrants ont dénoncé ces dernières semaines l’attitude des pouvoirs publics à leur encontre. C’est le cas bien sûr de l’association Roya Citoyenne, dont le responsable Cédric Herou a été récemment traduit en justice.

Mais c’est le cas aussi du Collectif Solidarité Migrants Wilson, qui raconte sur son compte Facebook comment ses bénévoles parisiens auraient été empêchés par la police de distribuer des petits déjeuners aux migrants devant le camp humanitaire de la Chapelle. »

Voir en ligne : http://www.la-croix.com/France/Excl...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail