InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > A Réalville, on a dit au revoir aux mineurs afghans

A Réalville, on a dit au revoir aux mineurs afghans

Publié le 23-02-2017

Source : www.ladepeche.fr

Auteur : Laurent Benayoun

« Ils avaient connu l’enfer. Ils ont peut-être repris goût à l’humain. 100 jours après son ouverture, le centre d’accueil et d’orientation (CAO) pour mineurs, situé sur le site du centre équestre des Elfes Blancs, à Réalville vient donc de fermer ses portes.

Les 30 jeunes afghans qui avaient résisté à un exil forcé et aux conditions de (sur) vie terribles de la jungle de Calais y ont retrouvé des regards bienveillants, de la fraternité et de l’humanité. Des valeurs simples que n’ont pas réussi à troubler les opposants qui prédisaient le pire avec l’arrivée de « ces jeunes barbares ». Le préfet Pierre Besnard, qui avait dû affronter des salles bien animées, lors de la présentation du dispositif est donc revenu, mardi soir, à Réalville pour saluer les services de l’Etat, la commune de Réalville, les collectivités partenaires, les associations et les bénévoles qui ont travaillé au bon accueil des jeunes réfugiés : « Grâce à vous, les enfants ont trouvé ici un havre de paix, a indiqué le préfet. Ce n’était pas évident au départ avec l’inquiétude légitime des riverains et la politisation du débat par le Front National qui a essayé d’instrumentaliser ». Dans l’ensemble, l’intégration des jeunes réfugiés, marqués à vie par les horreurs traversées dans leur pays (ils sont tous orphelins) s’est bien déroulée. Avec un coup de chaud, juste avant Noël, quand 19 jeunes avaient entamé une grève de la faim pour protester contre le refus de l’Angleterre de les accueillir. Le sous-préfet de Montauban Jean-Michel Delvert avait réussi à les ramener à la raison. Et leur intégration a suivi son cours, avec l’aide fondamentale des bénévoles. Marie-Claude Lafitole coordonnait leurs actions : « 110 bénévoles se sont engagés auprès des jeunes. Tout s’est bien passé et nous avons pu échanger avec des clubs locaux, le football et le volley ainsi qu’avec l’UNSS à Montauban ou le lycée Bourdelle ». Les réfugiés n’ont donc pas tourné en rond. Mais à l’heure des bilans, tous retiennent la qualité des échanges en s’inquiétant de l’avenir de leurs protégés : « Tout n’est pas fini, souffle l’une des bénévoles. Nous continuons à échanger avec eux et à les suivre ». Certains racontent le désespoir de ces gamins qui n’ont pas pu rejoindre leur famille en Angleterre. Et Bernard de résumer : « le but de leur voyage, ce n’était pas Réalville. Nous avons géré des jeunes qui ne voulaient pas rester en France. Ils étaient en colère, frustrés de ne pas pouvoir se rendre où ils voulaient. Mais ils se sont livrés, par morceaux ». Une vie qui se recolle, des mains qui se tendent. A Réalville, on a recollé des morceaux de vies bien déchirées.

30 mineurs aux sorts différents

Sur les 30 jeunes accueillis le 2 novembre sur le site de Réalville, 11 sont partis en Angleterre comme ils le voulaient. 5 ont été déclarés majeurs au terme des examens pratiqués et ne pourront donc pas bénéficier d’une assistance éducative.

Quatre autres jeunes ont rejoint l’autre CAO du département, à Bruniquel, et un autre a été transféré dans le centre d’un autre département.12 mineurs ont été pris en charge au titre de la protection de l’enfance et ont été orientés vers divers départements, 5 d’entre eux restant dans le Tarn-et-Garonne. Enfin deux autres ont fugué lors de leur dernière nuit au centre, sans doute dans l’idée’de rejoindre Calais ou Dunkerque. Ils ont été repérés et orientés vers les Pyrénées-Atlantiques et la Vendée. »

Voir en ligne : http://www.ladepeche.fr/article/201...

Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail