InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Documentation > Ouvrages > Publications > Déclaré Majeur ! Les tests d’âge osseux, alibi scientifique de la chasse aux (...)

Déclaré Majeur ! Les tests d’âge osseux, alibi scientifique de la chasse aux jeunes isolés étrangers

RESF

Publié le mardi 8 septembre 2015 , mis à jour le vendredi 18 septembre 2015

RESF vient de faire paraître à L’Harmattan un petit livre "DECLARE MAJEUR ! - Les tests d’âge osseux, alibi « scientifique » de la chasse aux jeunes isolés étrangers", préfacé par Aminata Dramane Traoré.

"Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les tests osseux , sur leur usage à l’encontre des mineurs étrangers, sans jamais oser le demander.
Les conséquences pour ces jeunes , les enjeux pour les politiques qui s’en sont emparés, des témoignages bien sur. Et 10 bonnes raisons de dire STOP."

Extraits :

Extraits p.19 :

I. Les tests osseux, de quoi parle-t-on ?

I. 1. Une procédure médicale
La détermination de l’âge osseux d’une personne est une procédure médicale qui comporte une série d’examens et notamment de radiographies.
L’étude des cartilages responsables de la croissance en longueur et de leur ossification permet de déterminer où en est un individu du point de vue de sa croissance. La croissance se termine à la disparition des zones de cartilage, quand les zones de calcification se rejoignent et fusionnent.
Lorsqu’un enfant ou un adolescent présente des troubles de croissance, le plus souvent un retard, quelquefois un développement trop précoce, il est utile de confronter son poids, sa taille et son développement osseux avec son âge civil. On
pratique habituellement une radiographie de la main et du poignet gauche, ainsi que des examens cliniques complémentaires. On pratique aussi ces tests pour la recherche de certaines maladies. Il s’agit d’un examen médical, mené à des fins thérapeutiques.

Plusieurs méthodes de tests, ont été élaborées au cours du XXème siècle. La plus répandue est celle de Greulich et Pyle : les radiographies de l’intéressé (main et poignet gauches) sont comparées aux radiographies figurant dans un atlas de référence, établi en 1959, à partir d’enfants américains, en bonne santé, de Cleveland (Ohio), de familles d’origine nord-européenne, de niveau socio-économique considéré supérieur à la moyenne. L’atlas a été établi à partir d’un suivi régulier de ces enfants et adolescents entre 1931 et 1942.

Les informations que fournit cette radio
La radio permet de constater si la croissance est achevée ou pas.
On considère que l’âge osseux d’un adulte a été atteint lorsque les zones de calcification se sont rejointes et ont fusionné. Ce qui se produit en moyenne est terminée en moyenne à 19 ans pour un garçon et à 18 ans pour une fille.

Ce que ça ne dit pas. Les limites
Les tables de Greulich et Pyle ne sont pas destinées à attribuer un âge chronologique en fonction de l’âge osseux. La radio ne permet pas de déterminer quand cet âge a été atteint. Selon les individus, il peut y avoir une variabilité de plus ou moins 2 ans dans la maturation osseuse.
Divers facteurs influent sur la maturation osseuse d’un individu, particulièrement les caractéristiques socio-économiques du milieu dans lequel il s’est développé. Des écarts importants sont relevés lorsqu’on applique la comparaison à des populations défavorisées, à plus forte raison à des jeunes issus de familles pauvres, âgés le plus souvent de 16 à 18 ans, migrant de zones ou de pays touchés par les guerres et le sous-développement.
De plus, de récentes études commencent à suspecter l’influence des pesticides, très répandus dans les régions infestées par le paludisme, comme perturbateur endocrinien et favorisant des pubertés précoces.

Extraits p. 58

Dix bonnes raisons de dire STOP aux tests d’âge osseux et aux examens
physiologiques !

- les tests d’âge osseux ne sont pas fiables pour établir un âge précis
- l’ensemble des instances médicales et juridiques a émis des réserves sur leur utilisation
- ce n’est pas parce qu’on ne possède pas de moyen de vérification fiable qu’il faut avoir recours à des moyens que l’on sait approximatifs
- le droit à la protection des mineurs doit être reconnu, en leur donnant le temps et de vrais moyens pour établir leur identité
- en cas de doute, celui-ci doit profiter au mineur
- ces actes, imposés dans un cadre policier, sont ressentis comme humiliants et dégradants pour celui qui les subit
- des résultats traumatisants, niant leur histoire, et leur identité
- aucune irradiation ne doit être imposée sans raison médicale, a fortiori à un mineur : il s’agit bien de violence à enfant.
- leurs conséquences-couperet sont dramatiques pour nombre de mineurs : mise à la rue, prison, abandon du projet de vie en cours
- privés d’état-civil (leurs documents les attestent mineur, la justice les déclare majeur), ces MIE sont exclus des dispositifs d’hébergement et d’aide

Pour commander cette publication, voir le bon de commande ci dessous :

Bon de commande - Déclaré majeur ! RESF

Voir en ligne : http://www.educationsansfrontieres....


Pour aller plus loin


Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail