InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Documentation > Reportages > Reportages télévisuels > Calais : inquiètes pour les migrants mineurs à l’approche de l’hiver, les (...)

Calais : inquiètes pour les migrants mineurs à l’approche de l’hiver, les associations alertent le département

Publié le lundi 17 décembre 2018 , mis à jour le lundi 17 décembre 2018

Source : France tv Info

Date : 14 décembre 2018

Auteur : Quentin Vasseur

Présentation :

«  Le préfet a annoncé, dans le cadre du "Plan Grand Froid", 85 places d’hébergement réservées aux mineurs non accompagnés dans le Calaisis. Un nombre insuffisant pour les associations, qui s’en remettent au département.

Un collectif d’une quinzaine d’associations œuvrant auprès des migrants de Calais – dont l’Auberge des Migrants, Salam, Emmaüs, Médecins du Monde ou la Fondation Abbé Pierre – a adressé jeudi une lettre ouverte au département.

Cette lettre, également transmise au préfet du Pas-de-Calais Fabien Sudry et au Défenseur des droits, énonce les "vives préoccupations" des associations "concernant la situation des mineurs isolés sur le Calaisis", peut-on y lire.

(...)

Des "mineurs considérés comme des adultes"

Surtout, "les mineurs sont remis à la rue le matin" précise Maxime Rochas, travailleur associatif et coauteur de la lettre. "Ces mineurs sont considérés comme des adultes."

Le bénévole regrette que le département soit absent de ce dispositif de mise à l’abri, alors que "la protection de l’enfance dépend du département." Et d’ajouter : "On compense l’absence du département, mais on n’en a ni les moyens, ni les compétences."

"Pour beaucoup, ce sont des mineurs en errance depuis des années" souligne-t-il. Des jeunes en grande souffrance qui doivent attendre plusieurs jours afin d’avoir accès à un hébergement (qui leur est parfois refusé, faute de place).

Les refus d’hébergement en chiffres

La lettre ouverte au département du Pas-de-Calais fournit quelques chiffres, sur la base des signalements qui ont été transmis aux associations : "De juin 2018 à aujourd’hui, le Refugee Youth Service a transmis 378 Informations Préoccupantes (IP) concernant des mineurs non accompagnés, à la rue, en danger sur le territoire". D’autant plus que les "associations qui accompagnent les mineurs isolés étrangers à la rue reconnaissent avoir été témoins de 161 refus d’hébergement de mineurs."

Il y a par exemple cette situation, datée du 16 octobre dernier, quand "12 mineurs non accompagnés se sont vus refuser l’accès à un hébergement d’urgence. Deux d’entre eux étaient en situation d’extrême vulnérabilité, à savoir un mineur en situation de handicap et un mineur âgé de 13 ans . Ils ont été contraints d’attendre plusieurs jours avant d’être mis à l’abri."

Cas de tuberculose et violences policières

Les associations recensent par ailleurs 53 hospitalisations de mineurs, dont 28 selon leur témoignage sont dues à leurs conditions de vie (accidents lors de tentatives de passage, maladies, etc.), 5 concernaient des violences extérieurs (communautaire ou d’origine raciste) ou encore 2 pour des cas avérés de tuberculose.

"Enfin, 10 signalements de situations de mineurs en danger, victimes de violences policières ont été transmis au Procureur de la République et au Département" précise le courrier.

Des revendications

Une fois ces inquiétudes et ces chiffres exposés, le collectif d’association demande "la création d’un accueil de jour", l’ouverture d’un "dispositif de mise à l’abri pour les mineurs isolés avec un nombre de places suffisantes", la mise en place d’un "réel accompagnement social et éducatif auprès des mineurs à la rue".

Mais les associations réclament surtout "le respect de la présomption de minorité", peu respectée selon les elles par les forces de l’ordre vis-à-vis des migrants se déclarant mineurs.  »

Voir en ligne : https://france3-regions.francetvinf...


Pour aller plus loin


Coordonnées

Association InfoMIE
119 rue de Lille - 75 007 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail