InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Documentation > Reportages > Reportages radio > "On n’est pas dangereux, on a juste besoin d’aide" : qui sont ces enfants qui (...)

"On n’est pas dangereux, on a juste besoin d’aide" : qui sont ces enfants qui vivent dans la rue en France ?

Publié le mardi 31 janvier 2017 , mis à jour le jeudi 9 février 2017

Source : www.francetvinfo.fr

Auteurs : Mathilde Lemaire, Edité par Cécile Mimaut

« La fondation Abbé Pierre présente, mardi 31 janvier, son 22e rapport annuel sur le mal-logement. En dix ans, le nombre de sans domicile fixe a augmenté de 50% et parmi eux, de plus en plus d’enfants et d’adolescents. A ce jour, 31 000 mineurs seraient sans-abri en France. Franceinfo est allé à la rencontre de deux d’entre eux.

Il y a d’abord Zil, 17 ans. Il est petit, sa silhouette est fine, ses joues encore imberbes. L’après-midi où nous le rencontrons, Zil vit une de ces parenthèses qu’il aime tant dans sa vie si compliquée. Allongé sur un tapis de gym, les yeux fermés, dans le local chauffé de l’association Hors la rue, il suit une séance de relaxation. La voix d’Elodie, l’animatrice, le berce. Le garçon s’endort presque.

Menacé, Zil a fui le Tchad il y a deux ans, a vécu la prison et la torture en Libye, a traversé la Méditerranée. A Paris, il n’a trouvé que la rue. "Dans la rue je ne dors plus. Je n’arrive pas à dormir, j’entends tous les bruits à côté de moi. Je dors 15, 20 minutes, puis je me réveille tout seul. Je ne me sens pas à l’aise", raconte-t-il.

"J’ai peur des autres, des gens qui traînent, qui boivent. Il faut faire gaffe. Y a des gens dangereux. La vie dans la rue, c’est dur, surtout l’hiver. Il fait trop froid"

"Il y en a certains qui ne s’intéressent même pas aux gens qui sont dans la rue, je ne sais pas pourquoi." raconte Zil, ajoutant : "ils marchent vite et ne se retournent même pas, ils ne te regardent même pas." "Je dis aux gens : ’On n’est pas dangereux, juste on a besoin d’aide", témoigne l’adolescent.

A force de chercher de l’aide jour et nuit, Zil a fini par croiser sur un trottoir des travailleurs sociaux de l’association Hors la rue qui s’occupent exclusivement des mineurs SDF. Et puis, il y a quelques jours, une famille de particuliers touchée par la situation de Zil a décidé de l’héberger.

Réduits à la mendicité, exposés à la violence

Quelques jeunes Français en rupture familiale se retrouvent sans domicile. Mais ces situations restent très rares. La plupart des adolescents ou enfants à la rue sont d’une part des mineurs exilés comme Zil, d’autre part des enfants roms qui dorment dans des bidonvilles et passent leur journée à mendier dehors.

Jusqu’ à ses 15 ans, Andréa n’a connu que la manche. Aujourd’hui, cette jeune femme frêle et coquette de 19 ans a quitté la rue. Elle nous emmène près du métro Crimée, là où elle connaît par cœur le moindre bout de bitume. "Là, je faisais la manche avec mes parents, avec ma sœur, sur le trottoir, devant la boulangerie, tous les jours. Parfois on se réveillait à 5h du matin", raconte-t-elle. "On n’a pas choisi, c’est mes parents. Quand je voyais les enfants qui passaient comme ça dans la rue, je disais : ‘Pourquoi moi je ne fais pas comme ces enfants, pourquoi je ne suis pas à l’école ? Ça me faisait mal’", se souvient la jeune fille.

"Ce que je ne supportais pas, pire que tout, c’est les gens qui étaient méchants, qui tapaient mes sœurs, qui tapaient des enfants dans la rue parce qu’ils mendiaient. Y a des hommes qui nous disent : ‘Je vais te donner de l’argent’. Mais ils voulaient juste faire l’amour avec nous. Nous, on voulait pas faire ça"

"On est des enfants, on est petites et on ne sait pas ce qu’ils nous demandent. Après, les enfants, s’ils font ça, ils sont malheureux toute leur vie", poursuit Andréa.

Des jeunes psychologiquement vulnérables

Comme Zil, elle a rencontré des associatifs et des particuliers qui l’ont sortie de cet enfer. Elle a rompu avec sa famille, son père violent. Elle est en CAP coiffure et cherche un salon pour l’accueillir. C’est un miracle qu’elle ne soit pas plus abîmée quand on sait les ravages de la rue sur la santé des enfants : malnutrition, problème de peau, de dents, de croissance.

Et puis il y a la santé mentale. Zil comme Andréa et comme tous les mineurs à la rue disent avoir honte. "Ils ne s’estiment plus, ils se considèrent comme des parias pour la plupart, pensent qu’ils ne savent rien faire de leur vie, à part errer, mendier ou voler", explique Morgan Siri, psychologue de l’association Hors la rue. "On a déjà entendu des jeunes nous dire : ‘C’est dans mon sang, c’est comme ça, je suis né voleur’. Ils sont très fatalistes. Ils peuvent aussi avoir de gros troubles psychologiques plus tard", poursuit-elle. Et les addictions dont sont victimes ces enfants ne font que renforcer ces troubles. Dès 10-12 ans, certains consomment cannabis, cocaïne et alcool.

Rupture sociale et échec scolaire

Ces enfants devraient être scolarisés avant l’âge de 16 ans. Mais certains, sans-papiers, n’arrivent pas à prouver leur âge. Et puis certains parents n’envisagent pas leurs enfants ailleurs que dans la rue à récolter quelques euros précieux. Les démantèlements de bidonvilles, l’hostilité de certaines mairies ne facilitent pas non plus la scolarisation.

Et puis, certains enfants roms par exemple vont à l’école mais rencontrent de grosses difficultés de concentration étant donné leurs conditions de vie, sans parler des discriminations.

"Les mineurs ne relèvent pas de l’hébergement d’urgence, ils relèvent de l’aide sociale à l’enfance et on constate une inadaptation des structures aux besoins réels, à savoir quelques milliers d’enfants", constate Guillaume Lardanchet directeur de l’association Hors la rue, qui voit se développer depuis quelques mois des collectifs citoyens qui hébergent des mineurs "sans aucun cadre". "On est extrêmement reconnaissant des citoyens qui font ça mais ce n’est pas une solution", poursuit-il.

"Une société qui néglige la protection des plus vulnérables, c’est-à-dire les enfants, est une société qui va mal", ajoute Guillaume Lardanchet.

Aujourd’hui, 39% des appels au 115, le SAMU social, concernent des familles ou des mineurs isolés. »

Reportage radio à écouter ici.

Voir en ligne : http://www.francetvinfo.fr/economie...


Pour aller plus loin


Coordonnées

Association InfoMIE
22, rue Corvisart - 75013 Paris

Contact :
Aurélie GUITTON, Coordinatrice

Contact mail