InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Débats/Propositions > CP JUJIE : "Mineur.e.s isolé.e.s : mettre chacun devant ses responsabilités"

CP JUJIE : "Mineur.e.s isolé.e.s : mettre chacun devant ses responsabilités"

Publié le : mardi 20 novembre 2018

« Une délégation se rendra demain à l’Elysée pour remettre les témoignages sur les MIE publiés sur Médiapart établissant la maltraitance dont sont l’objet les mineurs isolés étrangers de la part des Conseils départementaux et de l’état. »

Voir en ligne : https://blogs.mediapart.fr/jeunes-i...

Source : JUJIE

Date : 19 novembre 2018

« Dans le droit fil du Serment du CentQuatre prononcé le 25 octobre par les représentants de neuf médias [1] et du manifeste des États généraux des migrations [2], nous allons remettre au président de la République des témoignages sur les conditions indignes dans lesquelles sont « accueillis » — et trop souvent exclus- des centaines d’enfants au prétexte qu’ils sont étrangers.

Attendant des semaines, voire des mois à la rue avant d’être reçus pour une « évaluation », estimés majeurs sur un simple coup d’œil, leurs documents systématiquement suspectés, soumis à des tests d’âge osseux détournés de leur usage médical, nombre d’entre eux ne sont jamais pris en charge. D’autres, dans l’Hérault en particulier, hébergés quelques mois, sont condamnés à des peines de prison ferme, leurs papiers ayant été décrétés faux ou suite à des tests d’âge osseux.

Ceux qui finissent par être admis à la « protection » des services d’Aide Sociale à l’enfance subissent une véritable discrimination par rapport aux autres enfants pris en charge dans de meilleures conditions. Ils sont, pour beaucoup, abandonnés dans des chambres d’hôtel, parfois sordides, sans suivi ni social ni psychologique. Certains ne sont pas scolarisés ou ne finissent par l’être qu’après des mois de demandes et d’attente. Ils sont souvent contraints de se débrouiller par eux-mêmes pour se vêtir, se soigner, se déplacer, tenter d’obtenir un titre de séjour à leur majorité, ballottés d’un hôtel à l’autre, parfois déplacés d’une ville à une autre comme des mistigris que se refileraient les présidents de Conseils départementaux (responsable des services d’Aides Sociales à l’Enfance). Presque systématiquement privés de Contrats Jeune majeur, ils se retrouvent, le jour de leurs 18 ans, sans papiers, sans hébergement, sans nourriture, sans famille, sans soutien. Bon anniversaire !

Fort heureusement pour eux –mais aussi pour l’honneur de la population de ce pays— ils trouvent chez les associations, les collectifs mais aussi chez beaucoup de particuliers des aides, parfois ponctuelles, parfois de plus longue durée, qui leur permettent de tenir, et, faut-il espérer, de sortir un jour de la situation honteuse dans laquelle les enferme la politique du président de la République, du Premier ministre, des ministres, à commencer par celui de l’Intérieur et qu’exécutent avec trop de zèle nombre de préfets et de président de Conseils départementaux.

Des faits odieux, qui à n’en pas douter, seront un jour jugés comme tels par les manuels d’histoire, mais qui doivent dès à présent être connus largement et aussi être mis publiquement sous les yeux des responsables, à commencer par le premier d’entre eux, Emmanuel Macron, président de la République française. C’est ce que nous faisons en allant porter à l’Elysée les témoignages de la maltraitance institutionnelles que subissent ces enfants, publiés sur le blog du Jujie du 25 octobre au 20 novembre [3] en demandant que soit assurée pour tous les mineurs et les jeunes majeurs une prise en charge effective, garantissant leurs droits à la protection, à l’éducation et au séjour, dans le respect des conventions internationales ratifiées par l’Etat français. »

Signataires :

Judith Aquien, Cofondatrice de Thot,
Jérôme Auslander, Collectif national Génération.s Maire-adjoint Clermont-Ferrand,
Josiane Balasko, Comédienne, Cinéaste,
Julien Bayou, Conseiller régional Ile-de-France, EELV,
Miguel Benasayag, Philosophe et psychanalyste,
Esther Benbassa, Sénatrice EELV de Paris,
Laurent Cantet, Cinéaste,
Eric Coquerel, Député La France Insoumise,
Jean-François Corty, Médecin,
Marie Cosnay, Ecrivaine et militante,
David D’ingéo, Comédien,
Catherine Lise Dubost, Présidente de l’association Eole,
Françoise Dumont, Présidente d’honneur de la LDH,
Eric Fassin, Sociologue,
Elsa Faucillon, Députée des Hauts-de-Seine (PCF),
Sylvain George, Cinéaste,
Bernadette Groison, Secrétaire générale de la FSU,
François Guigon , Coprésident de la Fasti,
Rozenn Le Berre, Éducatrice, autrice de De rêves et de papiers,
Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF, Sénateur,
Lazare Lazare, Auteur, metteur en scène, comédien,
Olivier Leite, Chanteur du groupe la Rue Ketanou et comédien,
Renée Le Mignot, Coprésidente du MRAP,
Noël Mamère,
Pierre-Alain Mannoni, Ingénieur à l’université de Nice,
Philippe Martinez, Secrétaire Général de la CGT,
Barbara Métais-Chastanier, autrice et dramaturge,
Guillaume Meurice, Humoriste,
Claire Monod, Coordinatrice nationale Génération.s, Conseillère régionale Ile de France,
Mourad Musset, Chanteur de la Rue Ketanou et comédien,
Rachid Oujdi, Réalisateur de J’ai marché jusqu’à vous,
Loïc Prud’homme, Député de Gironde, LFI,
Prudence Riff, Co-présidente de la FASTI,
Vanina Rochiccioli, Avocate, Présidente du Gisti,
Sabine Rubin, Députée de Seine-St-Denis, Membre du groupe d’études sur les MNA,
Christophe Ruggia, Cinéaste,
Jean-Pierre Rosenczveig, Magistrat honoraire, ancien président du TE de Bobigny,
Malik Salemkour, Président de la LDH,
Reza Serkanian, Réalisateur,
Marie-Christine Vergiat, Eurodéputée, Gauche européenne

[1] Politis, Mediapart, Regards, Bastamag, L’Humanité, Alternatives économiques, le Bondy Blog, Là-bas si j’y suis, La Marseillaise, Siné Mensuel, Le Courrier des Balkans

[2] Manifeste des assemblées locales réunies pour la 1er session plénière des droits des États Généraux des Migrations, 27 mai 2018

[3] https://blogs.mediapart.fr/jeunes-isoles-etrangers/blog