InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Débats/Propositions > Tribune de l’AFMJF : « Nous refusons une justice des mineurs impuissante à (...)

Tribune de l’AFMJF : « Nous refusons une justice des mineurs impuissante à répondre à son ambition »

Publié le : lundi 26 novembre 2018

Voir en ligne : https://www.la-croix.com/Debats/For...

Source : La Croix

Date : 25 novembre 2018

Extraits :

« TRIBUNE de l’Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille.

Non, les juges des enfants de Bobigny n’ont pas le triste privilège d’être les juges des mesures de protection fictives.Partout, en France métropolitaine et d’outre-mer, des mesures éducatives ordonnées par décision de justice dans les familles pour évaluer les conditions de vie et d’éducation des enfants, pour prévenir leur mise en danger dans leur milieu familial ou pour les protéger par une mesure de placement restent lettre morte.Partout, en France métropolitaine et d’outre-mer, dans tous les départements des mineurs auteurs d’infraction sont maintenus dans leur quartier ou sont incarcérés faute de places disponibles dans des structures d’accueil adaptées à leur problématique. (...) La protection de l’enfance ne devient une cause nationale que lorsque survient un drame médiatisé. (...) L’Etat, en laissant les conseils départementaux quasiment seuls face au défi que constitue l’accueil des mineurs non accompagnés, en résumant la réponse à la délinquance juvénile à la seule création de nouveaux centres éducatifs fermés et en ne pourvoyant pas les postes de magistrats et de greffiers dans les tribunaux, n’est pas à la hauteur de l’immense défi de la protection de l’enfance.Il ne sert à rien de voter des lois sur la protection de l’enfance proclamant la priorité aux besoins de l’enfant, ni de réformer l’ordonnance du 2 février 1945 sur l’enfance délinquante si les moyens éducatifs en structures et en personnels permettant la mise en œuvre de ces mesures ne sont pas à la hauteur des ambitions proclamées.Profondément conscients de leurs responsabilités et de l’impact de leurs décisions sur les enfants et leurs familles, les juges des enfants et l’AFMJF refusent cette réalité d’une justice des mineurs trop souvent impuissante »