InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Actualités jurisprudentielles > Tribunal administratif de Nancy ordonnance du 1er février 2019 n°1900248. MIE (...)

Tribunal administratif de Nancy ordonnance du 1er février 2019 n°1900248. MIE ivoirien pris en charge par l’ASE à 16 ans. Poursuit une formation qualifiante en CAP. Sollicite la délivrance d’un TS "salarié" ou "travailleur temporaire" art. 313-15 Ceseda. Refus de délivrance d’un récépissé. Le Préfet fait valoir l’absence d’urgence et la nécessité de vérifier la fiabilité des éléments d’identité. L’autorité administrative ne peut refuser d’enregistrer une demande / un renouvellement de TS et de délivrer un récépissé sauf si caractère abusif ou dilatoire de la demande ou dossier incomplet. Urgence caractérisée par sa situation irrégulière qui l’expose à une mesure d’éloignement + nécessité de justifier de sa régularité pour la poursuite de son apprentissage. Atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que constituent la liberté d’aller et venir et le droit à l’instruction et au travail. Enjoint au préfet de délivrer un récépissé autorisant à travailler sous 72h.

Publié le : mercredi 6 février 2019

Source : Tribunal administratif de Nancy

Date : ordonnance du 1er février 2019 n°1900248

Extraits :

« 6. L’article R.311-4 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile prévoit que : "Il est remis à tout étranger admis à souscrire une demande de première délivrance ou de renouvellement de titre de séjour un récépissé qui autorise la présence de l’intéressé sur le territoire pour la durée qu’il précise (...)". Il résulte de ces dispositions qu’en dehors du cas d’une demande à caractère abusif ou dilatoire, l’autorité administrative chargée d’instruire une demande de délivrance ou de renouvellement de titre de séjour ne peut refuser de l’enregistrer, et de délivrer le récépissé y afférent, que si le dossier présenté à l’appui de cette demande est incomplet.

7. Au cas d’espèce, il est constant que M.X a demandé un titre de séjour par courrier du 1er juillet 2018. Le préfet n’a donné aucune suite de sa démarche. Toutefois, il résulte de l’instruction, et notamment des écritures du préfet, que M.X a été confié à l’aide sociale à l’enfance par décisions du Procureur de la République et du juge des enfants de Nancy depuis le 6 octobre 2017. Dans ces conditions, en refusant de délivrer à M.X qui justifie d’une situation d’urgence par sa situation irrégulière qui l’expose à une mesure d’éloignement, ainsi que par la nécessité de justifier d’une situation régulière au regard de son employeur qui l’accueille en apprentissage, un récépissé de demande de titre de séjour l’autorisant à travailler sans motif, le préfet a porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que constituent la liberté d’aller et venir et le droit à l’instruction et au travail.

8. Par suite, il y a lieu d’enjoindre au préfet de délivrer un tel récépissé à M.X dans un délai de 72h à compter de la notification de la présente ordonnance, sans qu’il soit besoin d’assortir cette injonction d’une astreinte. »

Retrouvez l’ordonnance en version pdf ci-dessous :

TA_Nancy_010219_n°1900248